Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine/Clariant se propulse dans le trio de tête avec le rachat de BTP

Sujets relatifs :

,

Clariant n'a pas tardé. Quelques heures après que le britannique BTP ait accepté son offre de rachat, le 24 janvier, le groupe suisse avait déjà acquis 43,73 millions d'actions, soit 24,9 % du capital du britannique. Clariant avait d'emblée proposé une prime de 72,7 % par rapport au cours de l'action du 18 janvier, dernier jour avant l'annonce de discussions. L'offre de Clariant, à 600 pence par action, valorise BTP à 1,08 milliard de livres (1,74 milliard d'euros). Le chimiste suisse n'hésite donc pas à payer 28 fois le bénéfice net de BTP sur l'exercice 1998-1999 (clos fin mars) pour se renforcer dans le secteur de la chimie fine pharmaceutique et agrochimique qui représente 65 % des ventes de BTP et connaît un fort taux de croissance. Ce segment de 45 milliards de dollars au niveau mondial, croît au rythme de 12 à 15 % par an grâce à au développement de l'outsourcing, les groupes pharmaceutiques ayant de plus en plus tendance à sous-traiter la production de leurs matières actives. L'acquisition va aussi renforcer la présence du groupe suisse aux États-Unis, où BTP réalise 40 % de son chiffre d'affaires. Avec BTP, Clariant portera son chiffre d'affaires global à environ 6 Mrds d'euros et ses effectifs à 32 800 personnes (dont 2 800 provenant de BTP). Le groupe britannique a réalisé un chiffre d'affaires de 374 millions de livres (615 milllions d'euros) au cours de l'exercice clos en mars 1999 (après la vente de CFT Equipment) et un bénéfice d'exploitation de 58 millions de livres (95,4 milllions d'euros). Clariant a réalisé au cours des neuf premiers mois de son exercice 1999 un chiffre d'affaires de 6 806 millions de francs suisses (4,2 milliards d'euros). Avec la division Chimie fine et biocides de BTP (chiffre d'affaires d'environ environ 410 milllions d'euros), Clariant va réaliser dans le domaine des matières actives pour la pharmacie et l'agrochimie un chiffre d'affaires total d'environ 340 millions de livres (555 milllions d'euros) et passer ainsi de la vingtième à la troisième place sur ce marché dominé par le suisse Lonza et le néerlandais DSM avec des ventes d'environ 600 milllions d'euros chacun. Clariant estime pouvoir augmenter d'au moins 190 millions de livres (312 milllions d'euros) son chiffre d'affaires sur ce créneau de la chimie fine pharmaceutique et agrochimique d'ici trois ans grâce aux produits en cours de développement. Le groupe suisse avait indiqué en avril dernier son intention de se développer dans ce domaine, à la fois par croissance interne - le groupe négociait alors un quatrième contrat avec un des majors de l'industrie pharmaceutique - et par acquisitions. Grâce à l'acquisition de BTP, Clariant va notamment hériter d'unités aux normes cGMP. La chimie fine de BTP comprend essentiellement les activités de Lancaster Synthesis qui fabrique notamment des réactifs pour laboratoire, celles de Nipa Hardwicke, premier producteur mondial d'intermédiaires pour les insecticides pyréthrinoides, de Nipa Laboratories, de l'américain PCR et du français Hexachimie. Racheté en 1998 par BTP, ce dernier exploite deux unités à Agen et Tonneins pour la production d'intermédiaires de synthèse pour l'agrochimie et la pharmacie, tels que des antidépresseurs, des anti-inflammatoires et des analgésiques. Les activités d'Hexachimie (ex-UPSA) viendront renforcer la présence de Clariant dans la chimie fine en France ou le groupe suisse possède déjà un site à Lillebonne où il a récemment augmenté ses capacités de production de glyoxal, un produit qui sert notamment dans la fabrication de matières actives agrochimiques. BTP apporte également dans la corbeille une activité d'environ 200 milllions d'euros dans les spécialités chimiques, surtout des produits destinés à l'industrie pétrolière, au traitement du cuir (Hodgson) - un domaine dans lequel Clariant est déjà leader - et à la clarification de la bière. L'acquisition de BTP représente par ailleurs une nouvelle étape dans la restructuration de la chimie de spécialités en Grande-Bretagne. Au cours des deux dernières années, le britannique Courtaulds a été repris par Akzo Nobel, Colloids par Ciba et Albright & Wilson par Rhodia. Quant à Laporte, il a failli l'an dernier entrer dans le giron du même Clariant mais les négociations avaient échoué.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles