Nous suivre Industrie Pharma

Chimie fine/Avec " Dynamic Synthesis ", Dynamit Nobel veut atteindre la masse critique

Sujets relatifs :

,

La filiale chimique du groupe MG industries a décidé de passer à la vitesse supérieure dans ses activités de chimie fine. " Nous voulons atteindre très rapidement la masse critique dans ce métier où les grands donneurs d'ordre sont à la recherche de partenaires leaders, mais en nombre plus réduit " nous a expliqué le Dr. René Fricker, patron de Rohner (CA 98/99 : 99 M FS, EBITDA ; 17 M FS, 289 personnes), principale filiale de chimie fine du groupe allemand basée à Pratteln (Suisse). Cette volonté de croissance a reçu le soutien du management de MG industries qui veut mettre en place une véritable stratégie dans les sciences de la vie. Elle s'appuie sur des investissements massifs dans de nouvelles unités de production, toutes conformes aux cGMP (current Good Manufacturing Practice), et sur la mise en commun dans une division nouvellement créée " Dynamic Synthesis " de l'ensemble des moyens des deux filiales de chimie fine du groupe : la société suisse Rohner et l'usine Dynamit Nobel de Leverkusen (Allemagne) spécialisée notamment dans la chimie des azotures. " Bien que les deux entreprises restent séparées, elles offriront aux clients à travers un " guichet unique " l'ensemble de leurs compétences " explique le Dr. Wolfram Basse qui partage la direction de la nouvelle entité avec René Fricker. L'objectif étant de doubler en cinq ans le chiffre d'affaires de la chimie fine à façon destinée aux marchés de la pharmacie et de l'agrochimie pour atteindre 125 M$. Pour cela 150 M$ seront investis sur les deux sites industriels de Pratteln et de Leverkusen. En mai dernier, l'usine de Leverkusen a mis en service une unité de production cGMP pour réactions dangereuses représentant un investissement de 25 M DM. Cet ensemble, qui double la capacité de production cGMP du site, comprend un réacteur de 6 m3 et deux de 3 m3, ainsi qu'un filtre sécheur Rosenmund. Elle produit déjà un intermédiaire clef pour un groupe pharmaceutique et a subi avec succès une visite des examinateurs de la FDA (Food & Drugs Administration américaine). L'investissement (16 M DM) pour un deuxième train réactionnel devant être mis en service en 2001 est en passe d'être lancé. Deux autres trains sont prévus à plus long terme sur ce site, qui a par ailleurs bénéficié de 12 M DM d'investissement supplémentaire pour l'extension d'une unité polyvalente destinée aux produits agrochimiques dont la mise en service est prévue pour septembre 2000. Mais c'est à Pratteln que sera réalisé le plus gros investissement. Il s'agit d'un atelier complet cGMP qui sera réalisé en trois étapes. La première représente un investissement de 60 M FS et comportera quatre lignes réactionnelles incluant chacune 2 ou 3 réacteurs avec filtration et séchage. Son démarrage est prévu pour février 2002. Les deux autres étapes seront réalisées ultérieurement et représenteront chacune 30 M DM d'investissement. Par ailleurs, Rohner investit environ 10 M FS dans une unité d'hydrogénation catalytique équipée d'un réacteur 60 bars en Inconel 686 et d'un filtre-sécheur Rosenmund en Hastelloy, qui sera opérationnelle au deuxième trimestre 2000. Dans ce domaine, Rohner travaille avec Solvias une société récemment créée par " spin off " de compétences existant chez Novartis dans le domaine des catalyseus d'hydrogénation chiraux, ainsi qu'avec la Fachhochschule de Bâle sur les réductions enzymatiques. Rohner a également reçu le Prix Suisse de l'Innovation 1998 pour son installation " Bio Vent " de traitement biologique de rejets gazeux de son usine de Pratteln. Elle comporte deux lignes de 3000 m3/h et de 1000 m3/h, dont l'une vient dêtre mise ne service, la deuxième devant démarrer le premier octobre. C'est ce même procédé développé avec l'Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne qui équipera la future unité de synthèse GMP. Des acquisitions ciblées apportant des complémentarités technologiques et industrielles sont également au programme. D'autre part, Rohner a annoncé que son contrat avec Rhône-Poulenc Ago pour la fourniture de NTBN, un intermédiaire clé dans la synthèse de l'isoxaflutole était prolongé jusqu'en 2001. Couvrant initialement la période 1996-98, ce contrat représentera au total 40 M FS de CA pour Rohner. Rappelons que c'est le finlandais Kemira qui assurera la synthèse de cette matière active pour le compte du groupe français. De Chemspec à Bâle, D.S.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles