Nous suivre Industrie Pharma

CHIMIE FINE : AtlanChim part à la conquête du Japon

Sujets relatifs :

,
Deux ans après sa création, le laboratoire nantais de recherche en chimie fine AtlanChim vient d'ouvrir sa première filiale au Japon. Installée pour deux mois dans les locaux du Jetro (organisation japonaise du commerce extérieur), la nouvelle entité est née de la rencontre entre le président d'Atlanchim, Pascal Lefeuvre, et Francis Cinget, un docteur en chimie expatrié au Japon depuis treize ans, qui souhaitait créer un pont scientifique entre les deux pays.
C'est d'ailleurs ce dernier qui sera le directeur d'AtlanChim Japon. Passée cette première phase, la filiale s'installera au sein du centre d'affaires Servocorp d'Osaka. AtlanChim offre ses services aux sociétés pharmaceutiques et cosmétiques, suivant trois axes: la collaboration de recherche (études bibliographiques, élaboration et optimisation de plans de synthèse, conseil), la synthèse à façon multi-étapes de molécules complexes en quantité allant du milligramme à plusieurs dizaines de grammes, et enfin le marquage à froid de molécules organiques (avec des isotopes du carbone 13, du deutérium, et de l'azote 15). Avec un portefeuille technologique qui englobe la synthèse chirale de composés hétérocycliques azotés, soufrés et séléniés, les acides aminés, les acides nucléiques, les stéroïdes ou encore les alcaloïdes. AtlanChim a déjà connu une très forte croissance l'an dernier avec un chiffre d'affaires qui a doublé à 600 K h en 2005, fort d'une centaine de contrats signés depuis sa création. Son implantation au Japon devrait encore soutenir son développement, puisque certains laboratoires pharmaceutiques de l'archipel ont déjà manifesté leur intérêt pour un futur partenariat avec AtlanChim Japon, qui servira également de base pour le reste du marché asiatique. Le développement de la société à l'international, qui représente actuellement environ 20 % de son chiffre d'affaires, ne s'arrêtera pas là. « La prochaine étape sera le Royaume-Uni » , indique Pascal Lefeuvre, « nous y négocions actuellement un accord avec un représentant exclusif, tout en conservant le pilotage de la production à partir de la France ». Et ensuite, ce sera le tour des États-Unis, là aussi avec une approche un peu différente. « Pour ce marché très important, nous envisageons de former en 2007 une société commune avec un acteur local présent sur le même marché que nous, mais avec des compétences complémentaires », précise le dirigeant, ajoutant que « des contacts ont déjà été pris ». Atlanchim veut tripler ses capacités de production Afin de pouvoir accompagner sa croissance et de maintenir sa réactivité – son délai moyen de livraison est actuellement de cinq semaines et demi – AtlanChim est sur le point d'investir dans de nouvelles installations de production. Avec pour objectif de mettre sur pied, d'ici à l'été, une unité de 500 m 2 comprenant douze sorbonnes (dont deux sorbonnes basses pour produire à l'échelle du kilolab). La société verrait ainsi ses capacités doublées dans un premier temps, puis triplées, « en jouant sur le planning d'organisation de la production », souligne Pascal Lefeuvre. Toutefois, ce projet se heurte à un obstacle de taille: « Nous avons énormément de difficultés à trouver un espace disponible sur Nantes, malgré le soutien de Loire Océan Développement », s'indigne le patron de la jeune entreprise, qui ne manque pas de souligner qu'en Angleterre ou au Canada « une solution aurait déjà été trouvée depuis longtemps ». Un blocage difficilement compréhensible, alors que Pascal Lefeuvre veut continuer à concentrer la production de son entreprise dans l'agglomération, malgré des sollicitations répétées des régions parisienne et lyonnaise. D'autant que « nous sommes en recrutement permanent » souligne l'entrepreneur, avec pour objectif de de porter les effectifs de son entreprise à 25 personnes en fin d'année, puis à 50 en 2008, contre 18 actuellement. Selon ses prévisions, le chiffre d'affaires d'AtlanChim devrait en effet atteindre 900 K h fin 2006, puis 3 M h fin 2008. Au-delà de la pharmacie et de la cosmétique, qui représentent respectivement
80 et 20 % de son activité, AtlanChim veut parallèlement développer sa présence dans le secteur de l'agrochimie, ainsi qu'auprès des entreprises de bio- technologies

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles