Nous suivre Industrie Pharma

Ceva fait état d'une « année record »

L.H.

Sujets relatifs :

,

C'est une première. En 2017, le numéro un français de la santé animale a dépassé le milliard d'euros, avec un chiffre d'affaires en hausse de 20 % à 1,1 Mrd E. Une croissance réussie notamment grâce aux cinq acquisitions menées par le groupe l'année dernière : la société française spécialisée dans les autovaccins Biovac, l'entreprise indienne spécialisée dans la volaille Polchem, Hertape et Inova au Brésil, EBVAC en Chine, qui permet au groupe d'avoir désormais une unité de fabrication de vaccins pour les porcs et les parts de marché de Merial dans la vaccination porcine. Le président de Ceva Marc Prikazsky a rappelé qu'au cours des vingt dernières années, le groupe avait réalisé plus d'une trentaine d'acquisitions.

Aux yeux de Marc Prikazsky, 2017 est une « année record », non seulement en termes de chiffre d'affaires mais également concernant le nombre de salariés et les dépenses. Le groupe compte désormais 1 000 collaborateurs supplémentaires, avec cent CDI créés en France au cours de l'année 2017. Dans l'Hexagone, qui représente 12 % de son chiffre d'affaires, Ceva emploie à ce jour 1 500 personnes. En ce qui concerne les dépenses, le total des dépenses R&D pour l'année 2017 s'est élevé à 100 ME. Et chaque année, 80 ME sont investis sur les sites industriels. En 2017, le groupe a notamment investi sur son site de Louédac (Côtes-d'Armor) pour lequel il a déboursé 4,8 ME dans la construction d'un nouveau bâtiment afin d'intégrer une gamme de produits dermatologiques animaux de compagnie. Pour l'avenir, Ceva souhaite continuer à investir en France dans le cadre de sa démarche « usine du futur ». Le groupe prévoit ainsi d'investir 8 ME en 2018 et 2019 sur le campus Ceva Sogeval à Laval (Mayenne), dans le but d'y créer un centre d'expertise mondiale dédié aux animaux de compagnie qui soit approuvé par la FDA en 2019. Le campus devrait être livré ce mois-ci, et inauguré en juin. Enfin, Ceva va entièrement repenser son site de Libourne (Gironde), où se trouve son siège social.

À l'avenir, le groupe va continuer à se développer sur le segment des vaccins, le monde vétérinaire se tournant davantage vers la prévention, mais pas seulement : « Alors que le monde évolue rapidement, nous devons profiter de notre agilité pour intégrer, dès aujourd'hui, les nouvelles orientations de la recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle, l'élevage connecté, la robotisation, la digitalisation, la data, etc. L'enjeu pour l'avenir sera d'intégrer ces nouvelles technologies dans notre business model », a ajouté Marc Prikazsky.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Lonza va supprimer 130 postes en Suisse et aux États-Unis

Lonza va supprimer 130 postes en Suisse et aux États-Unis

En pleine période de réorganisation, Lonza souhaite externaliser sa division Specialty Ingredients (LSI), qui devrait entraîner la suppression de 150 postes. Le sous-traitant pharmaceutique Lonza a annoncé son[…]

12/06/2019 | LonzaStratégie
Lung Therapeutics lève 36 M$

Lung Therapeutics lève 36 M$

Otsuka sur le marché des antibiotiques

Otsuka sur le marché des antibiotiques

Pour 1,3 Mrd $, Ipsen rachète le Canadien Clementia Pharmaceuticals

Pour 1,3 Mrd $, Ipsen rachète le Canadien Clementia Pharmaceuticals

Plus d'articles