Nous suivre Industrie Pharma

Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

Sylvie Latieule
Edito : Ces inquiétantes ruptures de médicaments

© Pixabay

Entre 60 et 80 % des principes actifs contenus dans les médicaments que nous consommons seraient fabriqués en dehors d’Europe, alors que la proportion n’était que de 20 % il y a une trentaine d’années, selon Vincent Touraille, président du syndicat sectoriel Sicos Biochimie. Si cet amont de la production pharmaceutique a quitté l’Europe, c’est pour s’installer en Asie – Chine et Inde en tête – où les coûts de main-d’œuvre étaient au début dérisoires, tandis que des standards environnementaux peu élevés permettaient de tirer les prix vers le bas. La donne a un peu changé, mais le mal est fait. Si les donneurs d’ordres de la pharmacie ont pu bénéficier pendant longtemps de matières premières à des conditions attractives, nous en payons aujourd’hui le prix. Pas sur le plan de la qualité et de la sécurité sanitaire comme on aurait pu s’y attendre. Il y a eu finalement peu de scandales au regard de l’ampleur de la délocalisation. En revanche, la question des ruptures d’approvisionnement monte en puissance, avec des problèmes de souveraineté liés à notre désindustrialisation. Que se passerait-il en cas de conflits majeurs, pas seulement armés mais également commerciaux ? Vers qui se tourner si une pandémie mondiale se déclarait ? Ce sont surtout des produits matures de première nécessité, comme des anticancéreux, qui manquent à l’appel. On a appris que la prednisolone, corticoïde fréquemment prescrit et contenu dans le Solupred, connaissait des tensions d’approvisionnement.
Le constat n’est pas nouveau car il a fait l’objet de nombreux rapports et colloques. Le dernier en date s’est tenu, le 14 mai, à l’hôtel des Invalides à Paris, fruit d’un partenariat entre le Leem, le cluster Polepharma et le Sicos, sous le haut patronage de la ministre des Armées.

Une question de souveraineté

La nouveauté vient peut-être de cette prise de parole de François Caire-Maurisier, commandant et pharmacien responsable de la pharmacie centrale des armées. Il a clairement expliqué que son institution doit bénéficier d’approvisionnements sécurisés à la fois pour répondre aux besoins spécifiques des armées sur les théâtres d’opérations, mais également pour répondre à d’éventuelles menaces non conventionnelles ou crises sanitaires. Le colloque a aussi permis de garder le sujet sur le feu, alors que le rapatriement de certaines productions en France, ou en Europe, semble incontournable. « La question de la production en France est un sujet au cœur de notre action en comité stratégique de filière. Elle va se renforcer par différentes mesures dans les mois prochains », a assuré Julie Galland, cheffe de bureau des industries de santé de la DGE en pleine préparation d’un plan. De leur côté, les industriels de la pharmacie ont estimé que c’est le levier du prix du médicament qu’il fallait actionner. « Le maître mot c’est la compétitivité. Il faut pratiquer des prix pour une rentabilité meilleure du secteur et assurer une permanence de la production », a résumé Daniel Ferrand, directeur général de Rexecode. Et d’ajouter le besoin d’un « bon horizon de prévisibilité ».

Dans sa conclusion, Philippe Lamoureux, directeur général du Leem, a réaffirmé la complexité du sujet qui est malheureusement multifactoriel, englobant aussi des questions de distribution et d’importations parallèles. Néanmoins, il a terminé son propos sur une note optimiste. « Il n’y a rien d’inéluctable », a-t-il déclaré, faisant référence à la formidable réindustrialisation de l’Italie, sur la période 2007-2017, qui lui a permis de reléguer la France au rang de 4e producteur de principes actifs en Europe. Un effort de dix ans à notre portée. 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Cannabis thérapeutique : l'ANSM donne son accord

Cannabis thérapeutique : l'ANSM donne son accord

L'agence projette d'expérimenter l'usage du cannabis pour des patients en impasse thérapeutique. L’ANSM vient de donner son accord pour expérimenter l’utilisation du cannabis thérapeutique. Un[…]

15/07/2019 | CannabisANSM
Le Leem revoit son fonctionnement

Le Leem revoit son fonctionnement

Qui est Frédéric Collet, nouveau président du Leem ?

Qui est Frédéric Collet, nouveau président du Leem ?

Un message d’alerte apparaîtra bientôt sur les boîtes de paracétamol

Un message d’alerte apparaîtra bientôt sur les boîtes de paracétamol

Plus d'articles