Nous suivre Industrie Pharma

Patrick Hibon de Frohen : Certifiez et validez vos structures de formation professionnelle

La rédaction

Sujets relatifs :

, ,

La chronique de Patrick Hibon de Frohen.

Les ordonnances sur les modifications du code du travail sont tout juste signées, que le gouvernement se « penche » sur celles liées à la formation professionnelle. Il est d'ailleurs très vraisemblable que cette réforme, si elle est profonde, entraîne des modifications du code du travail, ce qui peut amener à penser que les deux réformes, puisqu'elles nous sont présentées comme liées, auraient pu ou dû, être menées concomitamment.

Quoiqu'il en soit, il est à espérer que de larges concertations, non avec les mêmes sempiternels et habituels interlocuteurs (les partenaires dits « sociaux »), mais aussi et surtout avec de vrais « spécialistes » (prescripteurs, utilisateurs, formateurs, entreprises, financeurs, etc.) soient menées. Ce fut le cas pour Nicole Pery, secrétaire d'État aux Droits des femmes et à la Formation professionnelle, lorsqu'elle élabora son projet de loi, voté le 17 janvier 2002, dit de « modernisation sociale ». Toutes les structures de formation professionnelle, dignes de ce nom, s'en sont alors félicitées. Citons entre autres, la VAE (Validation des acquis de l'expérience), la création de la CNCP (Commission nationale des certifications professionnelles) et de son corollaire la RNCP (Répertoire national des certifications professionnelles), et surtout une vraie réforme portant sur le financement de la Taxe d'apprentissage. Si la loi El Khomri pouvait, pour certains, présenter quelques avancées, elle n'a pas osé s'attaquer (et le mot n'est pas trop fort) à l'hyper foisonnement des structures de formation sans que des contrôles, y compris financiers, (hormis les CFA qui l'étaient largement déjà) soient réellement effectués régulièrement quant à leur efficacité, à leur efficience et, parfois, à leur probité.

 

Une réforme efficace ?

 

Nous avons en France près de 70 000 structures de formation, dont bon nombre sont uniquement à but mercantile. Il est temps maintenant de clarifier, voire d'assainir le monde de la formation professionnelle en définissant les champs de compétences, d'éthique et de performance des centres et structures de formation professionnelle en créant une certification ou label européen qui viendrait compléter ceux existants, comme par exemple l'ISQ OPQF ou l'AFAQ-ISO.

Dans le même ordre d'idée, il est à remarquer que notre industrie de santé, qui se doit de valider tous ses sous-traitants, les inspecte et les évalue tous, sauf un ! Celui (ou ceux) chargé de former ses salariés et ses alternants. Ces organismes de formation sont choisis et validés sur quel référentiel, sur quels critères opposables et vérifiables ? Des contrôles, audits ou inspection sont-ils effectués ? Il est temps d'y mettre une certaine rigueur, ne croyez-vous pas ?

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Mithra veut tester sa pilule contraceptive

Covid-19 : Mithra veut tester sa pilule contraceptive

Les œstrogènes joueraient un rôle protecteur contre les coronavirus humains.   Le laboratoire belge Mithra, spécialisé dans la santé féminine, va lancer un essai de phase II pour évaluer[…]

Covid-19 : MSD se positionne avec le rachat de Themis

Covid-19 : MSD se positionne avec le rachat de Themis

Lysogene poursuit avec Novasep

Lysogene poursuit avec Novasep

Covid-19 : AstraZeneca dévoile sa stratégie pour son candidat-vaccin

Covid-19 : AstraZeneca dévoile sa stratégie pour son candidat-vaccin

Plus d'articles