Nous suivre Industrie Pharma

Cellectis fait de l'oeil à Pfizer

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

La société française s'est rapprochée de Pfizer afin de développer conjointement des produits d'immunothérapie dans le domaine de l'oncologie. Le laboratoire américain veut également prendre 10 % du capital de Cellectis.

Les produits d'immunothérapie développés par Cellectis ont la cote ! Ils ont attiré un laboratoire international, et pas des moindres puisqu'il s'agit de Pfizer. Le géant américain a signé un accord de collaboration mondiale dans le domaine de l'oncologie avec la société française. Il porte sur le développement de produits d'immunothérapie s'appuyant sur les lymphocytes T ingénierés avec des récepteurs antigéniques chimériques (CAR-T) de Cellectis. Selon les termes de l'accord, Pfizer détiendra les droits exclusifs pour développer et commercialiser des thérapies CAR-T dirigées contre 15 cibles qu'il aura choisies dans le domaine de l'oncologie. Les deux sociétés plancheront sur les études précliniques et le groupe américain sera responsable du développement et de l'éventuelle commercialisation de ces thérapies. Toujours dans le cadre de ce partenariat, la société française sélectionnera également douze cibles. Les travaux de recherche préclinique de quatre d'entre elles seront menés de façon conjointe par les partenaires et Pfizer détiendra un droit de refus sur ces cibles. Ceux des huit autres cibles seront uniquement gérés par Cellectis. La société française sera ensuite responsable du développement et de l'éventuelle commercialisation des cibles qu'elle aura sélectionnées. Cette collaboration pourrait rapporter gros au laboratoire français. Il recevra d'abord 80 millions de dollars (58,7 M€), ainsi que des fonds pour couvrir certains coûts de recherche et développement. En outre, Cellectis pourra empocher jusqu'à 185 M$ par produit appartenant à Pfizer, selon le franchissement de certaines étapes de développement, d'enregistrement et de commercialisation.

 

Un futur site américain pour Cellectis

 

Pour mettre toutes les chances de son côté, Cellectis a annoncé qu'il prévoyait d'ouvrir un site aux États-Unis, afin de travailler au plus près des équipes scientifiques de Pfizer. « Cet accord qui nous donne accès aux capacités de pointe de Pfizer en développement thérapeutique, offre un potentiel sans précédent au profit de l'innovation et du développement des meilleures thérapies dans la classe des CAR-T », s'est réjouit André Choulika, p-dg de Cellectis.

 

Pfizer veut prendre 10 % de Cellectis

 

Mais l'alliance entre Pfizer et Cellectis ne devrait pas s'arrêter là. Le groupe américain souhaite également prendre des parts dans le capital de la société française. Pour cela, il a signé un contrat qui prévoit l'acquisition d'environ 10 % du capital de Cellectis via une augmentation de capital, effectuée au prix de 9,25 euros par action. Cela représente une prime de 49 % par rapport au cours coté de Cellectis du 17 juin, la veille de cette annonce de prise de participation, selon l'AFP. Ce qui a eu pour effet de faire s'envoler le titre de la société à la Bourse.

Cette opération sera toutefois finalisée sous réserve qu'elle obtienne l'approbation à la majorité des deux tiers des actionnaires de Cellectis. Ce qui est plutôt bien parti puisque certains actionnaires de la société, qui représentent 52,8 % des droits de vote, se sont d'ores et déjà prononcés en faveur de cette augmentation de capital. Cette perspective de développement pourra permettre au groupe de rebondir, alors qu'il avait fini l'année 2013 sur une note inquiétante. En décembre dernier, Cellectis avait en effet annoncé une restructuration qui concernait essentiellement son activité dédiée aux outils d'ingénierie des génomes.

 

Cellectis recevra d'abord 80 millions de dollars puis jusqu'à 185 M$ par produit appartenant à Pfizer

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Les effets « non classiques » de la vitamine auraient un impact sur les formes graves de Covid-19. Et si la prise de vitamine D aidait à réduire la gravité des formes sévères de Covid-19 ? C'est[…]

26/05/2020 | ActualitésCoronavirus
Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Plus d'articles