Nous suivre Industrie Pharma

Cell&Co Biorepository

Aurélie Dureuil
Cell&Co Biorepository

Florent Belon, directeur général de Cell&Co

© © Cell&Co

La société enregistre ses premiers contrats de stockage des échantillons dans le cadre des essais cliniques pour les sociétés de biotechnologie. Créée fin 2012, Cell&Co récupère les échantillons sur les sites puis les stocke dans les conditions de température définies.

La société Cell&Co Biorepository a été créée à partir de constats faits par ses cofondateurs : « au sein des structures académique et privées, plusieurs facteurs récents se conjuguent : l'augmentation du nombre de collections d'échantillons et de leur taille, l'évolution des contraintes réglementaires et qualité, le souhait grandissant des laboratoires académiques et des sociétés privées d'externaliser cette gestion », selon Florent Belon, directeur général de Cell&Co. Le projet initial, porté par Florent Belon, ingénieur en génie biologique avec une expérience de la logistique industrielle, et Sofien Dessolin, ingénieur en génie biologique avec une expérience dans la recherche fondamentale, cible essentiellement les sociétés de biotechnologie et les laboratoires académiques de recherche. Leur rencontre avec Michel Potrat, fondateur de Créapharm, leur ouvre l'horizon de l'industrie pharmaceutique. « Nous nous sommes rencontrés alors qu'il travaillait sur la création d'un service de ce type dans sa société et avons donc rapidement décidé d'associer nos forces. Il possède notamment une excellente connaissance du secteur des essais cliniques et des systèmes BPL, BPF », indique Florent Belon. Il se rapproche ensuite d'Alexandre Léglise et de Jean-François Félix pour leurs expériences respectives dans les systèmes d'information et dans la gestion d'investissements en capitaux. C'est autour de ces cinq cofondateurs que Cell&Co voit le jour en novembre 2012. La société se positionne sur la gestion logistique et la conservation d'échantillons biologiques « en condition qualitative sécurisée et confidentielle ». Elle prend en charge des échantillons issus de la recherche clinique et de la recherche fondamentale, matériel nucléique ou protéique, puces à ADN, etc. pour les laboratoires de recherche fondamentale et les sociétés de biotechnologies. « Notre offre permet à toute structure de recherche de centraliser et d'harmoniser la conservation de ses échantillons ainsi que de limiter ses investissements internes, tout en conservant l'entière propriété des ressources confiées », indique Florent Belon.

Des investissements dans les locaux

Les premiers mois ont été consacrés à l'aménagement de l'infrastructure et des dispositifs de sécurité. C'est ainsi que Cell&Co s'est installé à Pont-du-Château, à côté de Clermont-Ferrand (63) dans un bâtiment de 400 m2. Près de 500 000 euros ont alors été nécessaires pour l'installation de la salle de stockage de 205 m2, de deux laboratoires P2, du hall de réception et de la salle de préparation des expéditions. Une attention particulière a été portée sur la psécurité avec, entre autres, des systèmes d'extinction incendie et de monitoring des températures des congélateurs. « Nous comptons aujourd'hui 12 enceintes permettant d'offrir des capacités de stockage allant de -150 °C à +20 °C. Nous pouvons monter jusqu'à 70 enceintes pour stocker jusqu'à 3 millions d'échantillons », souligne le dirigeant.

Finalisée en mars, l'installation est opérationnelle depuis mi-mai. « Nous avons accueilli les premiers échantillons dès le mois de mai et avons signé trois contrats auprès de sociétés de biotechnologies », signale Florent Belon. Il confie par ailleurs avoir plusieurs discussions en cours. L'objectif est de terminer l'année 2013 avec un chiffre d'affaires de 220 000 euros. Le dirigeant prévoit ensuite d'augmenter de plus de 200 000 € le chiffre d'affaires chaque année et d'atteindre la saturation du site d'ici trois à quatre ans. Du côté des effectifs, seuls deux cofondateurs sont employés par Cell&Co. Ils ont rapidement recruté une responsable qualité. La jeune entreprise affiche ainsi son ambition de croissance sur un marché où « nous sommes les seuls en France alors qu'un réel besoin existe », conclut Florent Belon.

Financement

220 000 € : objectif de CA 2013

250 000 € : levée de fonds des cofondateurs

250 000 € : prêts bancaires

250 000 € : avance remboursable de la FIAD

50 000 € : aide Oséo pour son programme de développement de systèmes innovants


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Anios pourrait changer  de mains

Anios pourrait changer de mains

Les laboratoires Anios, spécialisés dans les produits de désinfection, notamment pour le secteur médical, pharmaceutique et cosmétique, devraient subir des modifications dans leur actionnariat. Air Liquide, son actionnaire principal (66 %)[…]

01/10/2013 | Fournisseurs
Sanofi construit une troisième usine en Algérie

Sanofi construit une troisième usine en Algérie

Merck taille dans ses usines françaises

Merck taille dans ses usines françaises

Otsuka veut s'offrir Astex

Otsuka veut s'offrir Astex

Plus d'articles