Nous suivre Industrie Pharma

CBS promeut l'innovation à échelle humaine en Normandie

A Val-de-Reuil, Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Les treize JEI du club CBS

- Angany Genetics Traitement de l'allergie

- Biogalenys Bioanalyses et R&D

- Biosims Protéines biomarqueurs sur puces à protéines

- Borochem Chimie du bore

- CNS Vector Vectorisation au service de l'efficacité thérapeutique

- Holodiag État solide pharmaceutique

- Interactive Biosoftware Bioinformatique pour l'interprétation des variations génétiques

- Laboratoires Philippe Davioud Prestations « sur mesure » de la matière première au produit fini

- PolyIntell Polymères qui détectent les traces de composés chimiques dans les laboratoires analytiques

- Quidd Imagerie moléculaire optique

- Smart et Advanced Materials (SAM) Excipients à haute valeur ajoutée pour la pharmacie et les cosmétiques

- TF Chem Drug discovery et mimes de sucres

- Toxem CRO dédiée à la toxicologie environnementale et médicale

Source : CBS

CBS promeut l'innovation à échelle humaine en Normandie

Holodiag, implanté à Val-de-Reuil

© CBS

La technopole CBS participe au développement économique de la filière santé en Normandie. Elle a notamment créé le club CBS JEI, qui permet de soutenir et développer les jeunes entreprises innovantes sur ce territoire.

Depuis 2004, les pôles de compétitivité ont fleuri dans le paysage industriel et technologique français. Dans le domaine de la santé, Medicen, Lyonbiopôle ou encore Alsace BioValley participent au développement de plusieurs régions. D'autres structures favorisant l'innovation et la croissance, mais ne possédant pas ce label « pôle de compétitivité », se sont aussi implantées aux quatre coins de l'Hexagone. A l'instar de la technopole Chimie Biologie Santé (CBS), basée à Val-de-Reuil (Eure). Créée en octobre 2003 à l'initiative de la région Haute-Normandie, celle-ci a été mise en place pour servir de passerelle entre la recherche publique et les industriels du secteur pharmacie-santé dans la région. « Avant 2004, il n'y avait quasiment aucune synergie entre grands groupes, académiques et jeunes entreprises innovantes », explique Philippe Brottier, conseiller scientifique pour CBS. La technopole, qui possède le statut d'association à but non lucratif, est soutenue par la région Haute-Normandie, le département de l'Eure et plusieurs communautés d'agglomération. « Au départ, cela a été un handicap de ne pas être un pôle de compétitivité, notamment au niveau des moyens et de la visibilité », concède tout de même Philippe Brottier. En effet, les pôles de compétitivité ont notamment la possibilité de participer à des appels à projets avec des enveloppes importantes, favorisant ainsi leur développement.

Pour contrecarrer ces faiblesses, le CBS a noué, en 2008, une alliance avec deux autres clusters : Polepharma (cluster pharmaceutique pour la région Centre) et le Grepic (Groupement régional des établissements pharmaceutiques du Centre). Nommée Pharmavalley, cette alliance regroupe 60 établissements pharmaceutiques et 50 % de la production française de médicaments. « Cela nous a donné plus de force de frappe et nous a permis de renforcer notre ancrage auprès des grands groupes », constate Philippe Brottier. Aujourd'hui, la technopole CBS compte 70 membres parmi lesquels de jeunes entreprises innovantes (JEI), des PME, des acteurs académiques (universités, centre de recherche, etc.) et de grands laboratoires comme Sanofi Pasteur, GSK ou encore Johnson et Johnson. CBS leur propose des journées d'interclustering et d'échanges ainsi que des conventions d'affaires. Elle organise également des conférences, des colloques et anime des groupes de travail. De même, elle vise l'international en accueillant des délégations étrangères d'entreprises et en accompagnant les sociétés membres sur des salons internationaux. Enfin, le soutien à l'innovation, et notamment des JEI, constitue le fer de lance du cluster qui a mis en place un réseau local : le club CBS JEI. Créée en 2009, cette structure « récupère » les JEI dès leurs sorties de l'incubateur. « Nous avons démarré sur un territoire où il n'y avait quasiment pas de JEI et maintenant nous en avons une dizaine », se félicite Philippe Brottier. Le club recense aujourd'hui treize JEI (voir encadré), presque toutes implantées dans la région. Deux ou trois autres jeunes sociétés devraient aussi intégrer le réseau prochainement. Un nombre qui demeure tout de même modeste et qui permet ainsi de favoriser « l'échange et le partage ». « Nous ne pourrions peut-être pas fonctionner comme ça si nous avions beaucoup plus de JEI. Nous avons un mode de gouvernance très flexible, nos JEI n'ont pas de cadre contraignant », dévoile Philippe Brottier. « Une des forces de nos JEI est qu'aucune n'est réellement la concurrente de l'autre, donc il n'existe pas vraiment de compétition entre elles, mais de la complémentarité », renchérit-il.

En presque neuf ans, la technopole a ainsi réussi à déployer des « outils » solides sur le territoire normand, tout en conservant une dimension humaine. Mais, dans un contexte où les financements publics se réduisent, le cluster va devoir prochainement revoir sa stratégie de développement, avec notamment un mode de fonctionnement plus axé vers les industriels et les grands comptes. « La Commission européenne souhaite que les structures financées par les régions accroissent la part des financements privés dans leurs budgets de fonctionnement, indique Philippe Brottier. Nous avons vécu une première vie qui aujourd'hui n'est plus économiquement viable. Nous allons entrer dans une nouvelle phase ». Par la suite, la technopole prévoit aussi de s'ouvrir vers d'autres thématiques. Une approche pluri- disciplinaire qui pourrait donner un coup de fouet au développement futur et à la pérennisation de CBS.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles