Nous suivre Industrie Pharma

Caractériser la microstructure des matériaux sans la détruire

Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,

Novitom en bref

Création : octobre 2011

Effectif : 3 personnes

Effectif prévu en 2014: 8 à 10 personnes

Chiffre d'affaires prévu en 2014 : 1 M€

Partenaires : Grain (incubateur grenoblois), Floralis, ESRF (installation européenne de rayonnement synchrotron) et Région Rhône-Alpes.

Prix obtenus : Grenoble Innovation Fair 2011, catégorie Instrumentation

Caractériser la microstructure des matériaux sans la détruire

L'équipe de Novitom (de gauche à droite) : Olivier Guiraud, Barbara Fayard et Jean Doucet.

© ©Novitom

La société Novitom propose aux industriels de connaître et maîtriser les propriétés d'un produit, en faisant appel à une technique de micro-imagerie avancée. La micro-tomographie à rayons X permet de révéler de manière non destructive et non invasive la structure interne d'un matériau en trois dimensions.

Aider les industriels à optimiser les procédés de fabrication ou de formulation et contrôler la qualité des produits finis, c'est ce que propose la jeune société Novitom créée en octobre 2011. Tout débute au Centre de rayonnement synchrotron européen (ESRF) à Grenoble (Isère) avec deux chercheurs biophysiciens du CNRS, Barbara Fayard et Jean Doucet. Les deux scientifiques sont spécialistes en techniques de micro-analyse et de micro-imagerie utilisant les rayons X produits par les centres de rayonnement synchrotron. « Un synchrotron est un anneau d'environ 300 mètres de diamètre dans lequel des particules chargées sont accélérées. Ce mouvement génère des faisceaux de lumière avec des propriétés uniques en termes de brillance, permettant d'obtenir des reconstructions de très haute qualité », détaille Barbara Fayard, présidente et co-fondatrice de Novitom. Les travaux démontrant un intérêt certain pour une application, le projet a été ensuite pris en charge par Floralis, filiale de l'université Joseph Fourier dédiée à la valorisation des travaux de recherche et au transfert technologique, qui en a fait une business unit à part entière. « Nous avons étudié la validité économique et développé l'offre commerciale pendant près de 18 mois. Après avoir eu des retours positifs notamment d'acteurs de la pharmacie, de la cosmétique et de l'agro-alimentaire, nous avons enfin décidé de lancer Novitom », indique Barbara Fayard.

Novitom propose d'analyser la microstructure de matériaux ou de produits, par des reconstructions microscopiques en trois dimensions avec une résolution et un contraste inégalés. « Cela permet de révéler l'organisation interne ou les défauts d'un produit, en fournissant des données de granulométrie, de porosité, de fissuration ou d'orientation de fibres par exemple », précise Barbara Fayard. Avant d'ajouter : « Nos reconstructions permettent d'aider les industriels à optimiser leurs procédés de fabrication ou de formulation ou à effectuer un contrôle de la qualité d'un produit ». En outre, cette technique de modélisation est non destructive, ce qui rend possible le suivi de l'évolution de matériaux sous des contraintes changeantes de pression ou de température pour de nombreux secteurs : BTP, textiles, composites, emballages, agroalimentaire, etc. « L'intérêt pour la micro-tomographie X roît de manière exponentielle, notamment auprès des laboratoires. Plusieurs secteurs industriels sont très demandeurs comme ceux de la construction, de l'automobile ou de l'aéronautique pour l'analyse de nouveaux matériaux architecturés : composites ou mousses qui permettent d'alléger les structures tout en conservant de bonnes propriétés mécaniques », souligne Barbara Fayard. Outre sa prestation d'imagerie haute qualité, Novitom s'appuie sur une offre de service sur-mesure, comme l'indique Barbara Fayard : « Nous proposons des prestations d'analyse complète allant de la visualisation des structures jusqu'à leur modélisation numérique ainsi qu'une offre de formation et de conseil-expertise à la technique de micro-tomographie à rayons X synchrotron ».

Des perspectives ambitieuses

 

Grâce à son offre globale, Novitom espère se développer très rapidement. Pour cela, elle a récemment engagé un jeune docteur de l'université Joseph Fourier, qui est en charge du développement technique et commercial de la 0 société dans les secteurs des composites polymères, de la plasturgie et des biomatériaux fibreux. « Notre objectif est d'atteindre un million d'euros de chiffre d'affaires et de compter un effectif de huit à dix personnes sous trois ans », confie Barbara Fayard. Novitom étudie également un partenariat avec la société Noesis spécialisée dans le développement de logiciels d'analyse d'image, pour le traitement de ses données. En outre, elle prévoit de participer à des projets de collaboration de recherche exploratoire avec l'Inra, sur la thématique de la valorisation des agroressources en bioéthanol. Enfin, la société souhaite également s'imposer à l'international. Pour preuve, elle est en contact avec un laboratoire brésilien pour une collaboration avec le centre de rayonnement synchrotron national brésilien. « Cette collaboration devrait débuter dès le mois de février 2012. A terme, nous voudrions disposer d'une filiale au Brésil », indique la présidente de Novitom. La jeune société grenobloise envisage également des partenariats avec des centres de rayonnement synchrotron en Suisse, en Italie, en Allemagne et au Royaume-Uni.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles