Nous suivre Industrie Pharma

Cap sur le développement durable

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,
Cap sur le développement durable

LES INSTALLATIONS DE TRAITEMENT DE L'AIR SONT EN PREMIÈRE LIGNE POUR LA RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION D'ÉNERGIE.

© © NNE Pharmaplan

Si les projets d'ingénierie de salles propres concernent principalement le revamping et la mise aux normes des installations, une meilleure gestion de l'énergie concerne tous les acteurs.

« Nous sommes dans une dynamique positive. Les choses changent », constate Stéphane Patrix, responsable du département Energie et développement durable (EDD) de Jacobs France. Le département, créé pour répondre aux demandes du secteur tertiaire, est de plus en plus sollicité, notamment par l'industrie pharmaceutique. « Le développement durable n'est plus une problématique qui intervient en support des projets. Nous en avons fait une réelle discipline technique », précise-t-il. Et, dans les installations pharmaceutiques, les équipes de Jacobs travaillent sur l'ensemble des parties techniques des installations et notamment sur la partie de génie climatique. Une problématique sur laquelle interviennent également les équipes de NNE Pharmaplan. « Les laboratoires étudient les solutions pour minimiser leurs coûts opérationnels et donc leur consommation d'énergie », indique Olivier Cozzatti, directeur commercial de la filiale française du groupe d'ingénierie. Il cite par exemple la diminution du taux de fonctionnement des centrales de traitement de l'air : « avant, elles tournaient à 100 % 7j/7 et 24h/24, maintenant, les industriels les font tourner à plein régime durant les opérations de process et diminuent leurs fonctionnements le reste du temps ». Un travail sur le taux de renouvèlement d'air pendant les périodes d'inoccupation sur lequel intervient également Stéphane Patrix. « Pour une zone à atmosphère contrôlée, des optimisations énergétiques peuvent être réalisées en agissant sur la conception et la gestion des installations techniques, il est possible d'atteindre pour certaines solutions des gains de fonctionnement de 20 à 60 % », évalue-t-il. Les équipes de Jacobs proposent par ailleurs d'agir sur les systèmes d'intermittence de l'éclairage.

Toujours dans cet objectif de réduire les consommations, Olivier Cozzatti observe une tendance à minimiser les dimensions des salles en classes les plus énergivores car elles demandent des taux de renouvellement d'air importants. Les volumes de ces salles en classes les plus élevées (A et B) vont ainsi être réduits. Les laboratoires se tournent par exemple vers des isolateurs. « Il faut être prudents. Beaucoup de nos clients se posent la question, si les isolateurs sont la bonne solution. Il faut considérer la dangerosité du produit, l'aspect BPF, la flexibilité et le coût. Ils se tournent éventuellement vers les RABS fermés, ce grâce à une analyse de risque poussée », précise le directeur commercial de NNE Pharmaplan.

Les efforts pour une meilleure gestion de l'énergie ne se limitent pas aux problèmes de traitement de l'air. « On sent qu'il y a une évolution de l'industrie pharmaceutique depuis environ deux ans avec une réelle prise de conscience pour une démarche de développement durable. Elle concerne tous les postes, même si dans le process l'évolution est plus lente », note Stéphane Patrix. Afin d'identifier les postes où privilégier des actions, Jacobs a développé des outils d'évaluation énergétique. L'ingénieriste propose systématiquement de réaliser la maquette 3D du projet et de l'utiliser pour valider des optimisations via des simulations numériques des écoulements aérauliques avant de réaliser les modifications pour des installations existantes ou d'adapter la conception pour les installations nouvelles. « Projeter virtuellement les consommations permet d'obtenir une analyse complète que les capteurs ne permettent pas d'atteindre. Nous pouvons ainsi travailler sur le poste le plus consommateur d'énergie », détaille-t-il.

Si la tendance est au développement durable, il n'est pas évident de réduire les consommations. « L'industrie pharmaceutique est un domaine très sensible. Le but est de fabriquer des médicaments, avec maintenant une optimisation de l'empreinte écologique », souligne Stéphane Patrix (Jacobs). Dans cette démarche de développement durable Olivier Cozzatti (NNE Pharmaplan) note par ailleurs que les grands laboratoires, notamment américains, sont en avance. « Le Leadership in energy and environnment design (LEED) va au-delà de la production », souligne-t-il. Cette démarche insiste également sur l'amélioration des conditions de travail qui s'accompagne par des réflexions architecturales spécifiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

La crise bouscule les habitudes

La crise bouscule les habitudes

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Plus d'articles