Nous suivre Industrie Pharma

Camfil Farr ouvre le chemin de la filtration "durable"

Dinhill On

CAMFIL FARR EN CHIFFRES

- Fondation de la société en 1963

- 23 sites de production dans le monde

- 4 centres de R&D dont un en France

- Un effectif de 3 484 collaborateurs

- Un chiffre d'affaires de 4,8 milliards de couronnes suédoises (543 millions d'euros) en 2011

- 4 segments d'activités : Confort (ventilation de bâtiments), Ultra-propreté (industrie de procédés), Power Systems (turbines à gaz) et Protection et sécurité (confinement)

Camfil Farr ouvre le chemin de la filtration

LIGNE DE PRODUCTION DES FILTRES À FAIBLE CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE OPAKFIL ENERGY À SAINT-MARTIN-LONGUEAU (OISE).

© © Camfil Farr

Le spécialiste de la filtration de l'air Camfil Farr incite ses clients de l'industrie pharmaceutique à être moins impactants pour l'environnement. Ceci en proposant des solutions plus écologiques et en menant des actions sur ses propres sites de production.

Proposer des solutions de filtration toujours plus efficaces afin de contribuer à rendre les activités de leurs clients plus durables, plus écologiques et plus productives : tel est l'objectif que s'est fixé la société Camfil Farr, spécialisée dans les solutions de filtration de l'air. « Notre vision du développement durable s'inscrit dans une perspective mondiale prenant en compte les personnes, la protection de l'environnement et les performances des entreprises », souligne Valérie Montagne, responsable marketing de Camfil Farr France. Depuis des années, le groupe suédois conçoit des équipements de filtration de l'air susceptibles de mieux préserver l'environnement et optimisant la consommation d'énergie. Une démarche d'innovation nécessaire tant les dispositifs de filtration d'air constituent un important poste de dépense énergétique. « La consommation d'énergie d'un filtre à air représente 70 % de son coût global d'exploitation. L'optimisation du design du filtre, le choix d'un media filtrant à faible perte de charge, permettent une économie sur ce poste qui peut servir à financer l'achat du filtre lui-même », précise Valérie Montagne.

La performance énergétique d'un filtre est actuellement indiquée par un label Eurovent, inspiré de l'étiquetage d'efficacité énergétique des appareils électroménagers ou des logements. Régie par la norme européenne EN 779-2012, la classification des filtres à air s'effectue selon leur efficacité minimale, leur efficacité initiale et leur consommation annuelle en énergie. « La toute nouvelle norme impose une efficacité minimale à un filtre. Un filtre F7 devra, par exemple, avoir une efficacité minimale de 35 %, cette valeur minimale est un grand pas en faveur d'une meilleure qualité d'air intérieur (QAI). Or de nombreuses études démontrent aujourd'hui l'impact de la qualité d'air intérieur sur la santé et la productivité », explique Valérie Montagne. Avant de continuer : « C'est pourquoi, Camfil s'attache à fournir des filtres qui font mieux que les exigences minimales de la norme. Nos filtres Opakfil Energy, par exemple, proposent une efficacité minimale de 52 %, tout en limitant la perte de charge, et par conséquent la consommation d'énergie ». Ces solutions pour la problématique énergétique appartiennent à une gamme Green de filtres à air chez Camfil qui optimise aussi la gestion de déchets. « Le cadre de notre filtre Ecopleat Green, par exemple, est constitué à 30 % d'ABS recyclé et ces filtres Green sont totalement incinérables en fin de vie. Ils sont très appréciés de nos clients également, parce qu'ils sont légers et compactables », indique la responsable marketing. Avant d'affirmer : « Les industriels, notamment du secteur pharmaceutique, s'intéressent de plus en plus au développement durable et au coût global de leur installation ».

Servir d'exemple à ses clients

 

Dans le but d'accroître son efficacité, Camfil Farr a instauré une politique environnementale dès 2003. Cela s'est traduit par diverses actions sur son site de Saint Martin- Longueau dans l'Oise, comme l'explique David Guéant, responsable sécurité, environnement énergie de l'usine : « Camfil Farr a engagé des actions sur les rejets et les déchets. Nous avons, par exemple, effectué une substitution de produits chlorés par des substances moins concentrées, voire sans COV (composés organiques volatils). Nous avons également installé des bacs de rétention pour éviter les risques de pollution et mis en place un programme de réduction et de tri des déchets ». La performance énergétique du site a été suivie de près à partir de 2006 : « Nous avons remplacé un compresseur défectueux par un autre qui disposait d'une technologie de régulation, permettant un gain sur la consommation d'énergie. Les chaudières fioul ont été substituées par d'autres fonctionnant au gaz de ville et à l'énergie solaire, et un système de récupération de chaleur du compresseur a été mis en place pour chauffer les bâtiments. Nous avons également changé les éclairages sur les ateliers de production, et l'ensemble des portes et fenêtres pour optimiser l'efficacité énergétique ». L'ensemble de ces actions a valu à l'usine d'être certifiée EN 16001, relative aux systèmes de gestion de l'énergie, en juillet 2011. Une démarche qui a également permis à Camfil Farr d'être nominé pour les trophées Responsible Care de l'UIC dans la catégorie Environnement.

Preuve de son engagement, le groupe Camfil Farr a mis en place une véritable politique de développement durable depuis 2008, qui donne lieu chaque année à un rapport. Une démarche qui s'est notamment traduite par la création d'un poste de responsable du développement durable au sein du groupe. La société a également instauré sur l'ensemble de ses sites son programme Camfilcairing, qui vise à entreprendre, durant une semaine chaque année, des actions sociales et environnementales. Par exemple, ces actions consistaient en une collecte de vêtements pour les enfants, la promotion des actions de recyclage, ou encore la sensibilisation de ses salariés dans le but de cultiver leur comportement écocitoyen, aussi bien dans l'entreprise qu'à la maison. En outre, Camfil Farr participe au programme du Pacte mondial des Nations Unies et applique le cadre de reporting de développement durable de la GRI (Global reporting initiative). « Nous avons également mis en place une démarche de sensibilisation à la qualité de l'air intérieur. Un laboratoire mobile sillonne l'Europe pour informer des industriels de tous horizons sur les risques de pollution particulaire et moléculaire au sein d'un bâtiment », ajoute Valérie Montagne. Des démarches de sensibilisation qui leur permettent d'inciter davantage leurs clients à s'orienter vers « le traitement de l'air durable ».

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Transformation digitale : Des solutions qui s'imposent

Avec le confinement et le développement du travail à distance, la transformation numérique de l'industrie n'a jamais paru aussi pertinente. Et si la crise liée au Covid-19 accélérait[…]

La pharma se dévoile en chiffres clés

La pharma se dévoile en chiffres clés

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Données : « Prioriser le retour sur investissement »

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

Production : SalamanderU propose un dossier de lot à commande vocale

Plus d'articles