Nous suivre Industrie Pharma

Bristol-Myers Squibb va acquérir Celgene pour 74 Mrds $

Laura Hendrikx
Bristol-Myers Squibb va acquérir Celgene pour 74 Mrds $

© Chimie Pharma Hebdo

En mettant la main sur son compatriote Celgene pour pas moins de 74 milliards de dollars, le laboratoire américain Bristol-Myers ambitionne de créer un leader dans le domaine des spécialités biopharmaceutiques.

L'année 2018 avait déjà commencé fort : en janvier dernier, Celgene avait successivement mis la main sur Impact Biomedecines puis Juno Therapeutics, pour respectivement 7 et 9 milliards de dollars (CPH n°830). La barre était haute, mais pourtant, la société de biotechnologie américaine a réussi à démarrer l'année 2019 de manière encore plus spectaculaire en se faisant racheter par son compatriote Bristol-Myers Squibb pour un montant qui avoisinerait les 74 Mrds $. Selon les termes de l'accord, annoncé le 3 janvier, les actionnaires de Celgene recevraient une action de Bristol-Myers Squibb (BMS) et 50 $ en espèces pour chaque action de Celgene. Ils percevraient également, pour chacune de ces actions, un certificat de valeur conditionnelle (CVR) négociable, leur permettant de recevoir un paiement pour la réalisation de futures étapes réglementaires. Le cours de clôture des actions de BMS étant de 52,43 $ au 2 janvier 2019, la contrepartie en espèces et en actions perçue par les actionnaires de Celgene à la clôture est évaluée à 102,43 $ par action de la société, auxquels viendrait s'ajouter, pour chacune de ces actions, un CVR. BMS envisage également de mettre en place un programme de rachat d'actions allant jusqu'à environ 5 Mrds $. Une fois l'opération finalisée, les actionnaires de BMS détiendraient environ 69 % de la société, contre 31 % pour ceux de Celgene. Deux membres du conseil d'administration de Celgene rejoindraient celui de BMS, que Giovanni Caforio continuerait de présider. La transaction devrait être finalisée au cours du troisième trimestre de l'année 2019.

Des aires thérapeutiques complémentaires

L'objectif de cette opération est de mettre sur pied une société de pointe dans le domaine des spécialités biopharmaceutiques, afin de répondre aux besoins des patients atteints de cancers, de maladies inflammatoires et immunitaires, mais également de troubles cardiovasculaires. La société issue de la fusion de BMS et Celgene serait présente sur des aires thérapeutiques complémentaires. Selon Reuters, le portefeuille conjoint des deux sociétés compte, à ce jour, neuf traitements, dont les ventes annuelles cumulées dépassent le milliard de dollars.

« En tant qu'entité regroupée, nous renforcerons nos positions de leader à travers notre portefeuille, y compris dans les domaines du cancer, de l'immunologie et de l'inflammation. Nous bénéficierons également d'un portefeuille de phase précoce et avancée étendu, qui inclut six lancements de produits attendus à court terme », a indiqué Giovanni Caforio, p-dg de BMS. Des opportunités de lancements à court terme - deux en immunologie et inflammation et quatre dans le domaine de l'hématologie - qui représentent plus de 15 Mrds $ de revenu potentiel. Le portefeuille de phase précoce compte, quant à lui, 50 ressources à haut potentiel. Ce qui offre à BMS de bonnes perspectives de croissance sur le long terme. Le laboratoire s'attend également à réaliser des synergies de coûts d'environ 2,5 Mrds $ d'ici à 2022.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Catalent va produire le Zolgensma

Catalent va produire le Zolgensma

Pour le compte d'Avexis, Catalent va produire la thérapie génique la plus chère du monde. Catalent a annoncé la signature d’un accord stratégique à long terme en vertu duquel le sous-traitant[…]

Abbvie s'empare de Mavupharma

Abbvie s'empare de Mavupharma

Echec clinique pour Amgen et Novartis

Echec clinique pour Amgen et Novartis

Abivax augmente son capital de 12 millions d’euros

Abivax augmente son capital de 12 millions d’euros

Plus d'articles