Nous suivre Industrie Pharma

Bolloré Thin Papers spécialiste des grades ultrafins

Aurélie Dureuil

BOLLORÉ THIN PAPERS EN CHIFFRES

- Création : 1920

- Effectifs : 405 personnes

- Chiffre d'affaires 2012 : 128,2 M€ dont 37,8 M€ pour les notices pharmaceutiques

- Capacité annuelle : 97 500 tonnes dont 33 000 tonnes pour les notices pharmaceutiques

- 70 % de la production pour l'export

Bolloré Thin Papers spécialiste des grades ultrafins

BOLLORÉ THIN PAPERS DEVRAIT PRODUIRE 36 000 TONNES DE PAPIER NOTICE EN 2013.

© © Bolloré Thin Papers

Plus fines, plus opaques tout en restant facilement imprimables, les notices pharmaceutiques font l'objet de l'attention de l'entreprise. Avec son usine vosgienne, Bolloré Thin Papers entend répondre aux évolutions liées à la réglementation.

« Avec 33 000 tonnes de production de papier notice pharmaceutique en 2012, nous nous positionnons en leader européen sur ce marché », se félicite Bruno Delesque, directeur commercial et marketing de Bolloré Thin Papers. Présente sur le marché du papier notice pharmaceutique depuis 2005, l'entreprise a profité des dernières obligations réglementaires pour accroître son activité. « Les laboratoires doivent imprimer de plus en plus d'informations sur les notices. Parallèlement, la réglementation inscrite dans la directive européenne de 2009 et entrée en vigueur en février 2011 stipule que la lisibilité doit être facilitée. La taille des caractères a ainsi été augmentée. Toutes ces évolutions ont conduit à augmenter la taille des notices. Nous étions déjà présents sur ce marché. Ces évolutions réglementaires combinées à notre offre élargie, nous avons pris le leadership européen », détaille Bruno Delesque. L'entreprise dont l'activité historique est la fabrication de papier cigarette a bénéficié de son expertise dans les papiers fins et ultrafins. Bolloré Thin Papers propose trois gammes pour les notices pharmaceutiques. La Primapharm affiche des grammages de 32 à 60 g/m2 tandis que les gammes Primabrite Ultra et Primabrite Brillant présentent des grammages compris entre 37 et 60 g/m2. « En 2005, les notices pharmaceutiques étaient réalisées avec du papier d'environ 60 g/m2. Aujourd'hui, elles se situent entre 40 et 45 g/m2. La solution réside dans la moindre épaisseur du papier », détaille directeur commercial et marketing. Une aubaine pour Bolloré Thin Papers traditionnellement à l'aise dans les faibles grammages et les faibles épaisseurs. Pour ces trois gammes, le fabricant se targue d'avoir des papiers 13 à 30 % plus minces que des papiers pour notices standard. D'autres caractéristiques du papier sont très regardées par les laboratoires pharmaceutiques. A commencer par l'imprimabilité de ces notices qui se font de plus en plus fines. Les caractéristiques mécaniques du papier déterminent ainsi sa capacité à être imprimé dans de bonnes conditions. Une autre caractéristique demandée par l'industrie pharmaceutique est l'opacité du papier. Les notices doivent être imprimées recto verso avec parfois des codes ou des pictogrammes. La blancheur du papier est également un paramètre important pour l'industrie pharmaceutique. Pour sa gamme Primabrite, Bolloré Thin Papers propose deux niveaux de blancheur différents « garantissant une très bonne lisibilité et permettant de répondre aux besoins spécifiques des laboratoires ». Ce besoin de blancheur du papier est d'ailleurs un frein à l'adoption de papier recyclé pour les notices pharmaceutiques. « Jamais un papier recyclé n'aura les caractéristiques d'un papier 100 % pâte vierge. Les papiers recyclés présentent des impuretés qui induisent des risques importants de confusion, notamment sur les notices multilingues. Nous avons un client qui a fait un essai d'impression de notices en japonais. Le papier recyclé était plus gris, moins opaque et présentait des impuretés pouvant altérer le sens des caractères japonais en ajoutant un point ou une barre », cite Bruno Delesque. Dernier critère technique du papier notice : l'aptitude au pliage de ces papiers qui doivent être insérés dans des boîtes de médicaments de toutes tailles. Outre la diversité de ses gammes de papier, Bolloré Thin Papers entend se démarquer par l'offre de services. « Nous avons des équipes sur le terrain qui visitent régulièrement nos clients à la fois pour de nouveaux développements et de l'assistance technique », détaille le directeur commercial et marketing. Il insiste par ailleurs sur l'importance de la logistique. « Nous sommes sur un marché très réactif. Nous avons peu de visibilité sur les commandes. C'est pourquoi nous effectuons deux campagnes de production par mois afin de traiter au mieux les urgences. Nous gérons également pour le compte de nos clients des stocks de sécurité avec les grades et les dimensions les plus standard pour expédier et livrer dans toute l'Europe en 48 heures, voire 24 heures pour les clients français », détaille-t-il.

Et pour répondre à cette demande de notices pharmaceutiques, la société a investi dans sa production. Bolloré Thin Papers possède deux sites de production. Le premier, les Papeteries du Léman (PDL), est implanté à Thonon-Les-Bains (Haute-Savoie). Il compte 275 salariés et est spécialisé dans les papiers à cigarette et les papiers impression mince premium. Le second, à Laval-sur-Vologne (Vosges), se concentre sur les papiers notice pharmaceutique. Ce site, nommé Papeteries des Vosges (PDV), emploie 130 personnes et a fait l'objet d'investissements pour le développement de l'activité pharmaceutique en 2005. 4,3 millions d'euros ont ainsi été injectés « pour doper la capacité de production » avec la construction d'un atelier de transformation avec une coupeuse dédiée et la création d'un hall de stockage spécifique. La papeterie PDV fournit des papiers en bobines et en format. En 2012, le site a produit 33 000 tonnes de papier notice. Grâce à sa politique d'amélioration continue, il devrait encore progresser pour une capacité de 36 000 tonnes en 2013.

Le développement de l'activité, le directeur commercial et marketing le voit maintenant hors d'Europe. « Sur le marché européen, notre position de leader nous laisse entrevoir une progression plus faible. Un de nos relais de croissance réside sur le marché nord-américain », estime-t-il. La société a renforcé son équipe américaine de Chicago avec le recrutement début 2012 d'un ingénieur assistance technique et développement. Sil n'est pas question d'ouvrir une papeterie sur ce marché, Bolloré Thin Papers a mis en place « une base logistique aux États-Unis. Pour servir ce marché de la notice pharmaceutique, il faut du service et de la logistique avec un stock de sécurité aussi proche que possible de nos clients », conclut Bruno Delesque.

 

L'activité pharmaceutique se développe à l'international, notamment en Amérique du Nord.

 

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Produire au temps du coronavirus

Produire au temps du coronavirus

Garantir la sécurité des collaborateurs et assurer la continuité de la production de médicaments : depuis le début de la crise sanitaire, l'industrie pharmaceutique remplit sa mission au prix de nombreux[…]

Entrepôt : « Construire un site autant logistique qu'industriel »

Entrepôt : « Construire un site autant logistique qu'industriel »

Transport : « La crise a renforcé notre relation avec les industriels »

Transport : « La crise a renforcé notre relation avec les industriels »

[Dossier logistique] : Tirer les leçons de la crise

[Dossier logistique] : Tirer les leçons de la crise

Plus d'articles