Nous suivre Industrie Pharma

BMS investit 40 millions d'euros chez Upsa à Agen

Sujets relatifs :

,
BMS investit 40 millions d'euros       chez Upsa à Agen

Le laboratoire renforce son site spécialisé dans les formes effervescentes. Un marché sur lequel BMS revendique le leadership en Europe.
Alors qu'elle vient de souffler ses 70 bougies, Upsa continue d'occuper une place de choix au sein de Bristol-Myers Squibb. Grâce à cette marque et à sa gamme complète de produits contre la douleur (Efferalgan, Dafalgan, Aspirine Upsa…), BMS peut revendiquer une place de premier producteur européen de comprimés effervescents, avec une capacité de 17000 t/an de médicaments, de 370 millions de boîtes et de 6 milliards de comprimés. Près de 55 % de ces produits sont destinés au marché français et 45 % à l'export. Profitant de la célébration de cet anniversaire, Jean-Pierre Bracquemart, vice-président des opérations industrielles d'Agen, a par ailleurs annoncé que le site de Gascogne fait actuellement l'objet d'un investissement de 40 millions d'euros, qui se décompose en trois projets. Le premier porte sur la construction d'une cinquième tour de fabrication de poudre effervescente. D'un montant de 15 M€, elle va redonner un peu de flexibilité au site arrivé à saturation avec un fonctionnement 7j/7. Et ce, dans l'attente de nouvelles capacités de production. Par ailleurs, un emplacement est d'ores et déjà prévu pour une sixième tour. C'est ce concept de tour d'effervescence qui a fait le succès du site d'Agen et sa performance. Il a été imaginé, il y a une vingtaine d'années, avec l'idée de proposer un procédé vertical gravitaire, par opposition à des process horizontaux traditionnels dans la pharmacie. Les matières premières (paracétamol, acide citrique et bicarbonate de sodium) sont hissées au sixième étage de la tour pour y subir différentes étapes de formulation, dont une granulation sèche au 4e étage et l'ajout d'excipients dans le mélangeur du 1er étage. Les lots de poudre effervescente de 4 tonnes obtenus en seulement 4 heures sont ensuite vidangés dans des conteneurs au rez-de-chaussée. Ces derniers alimentent directement des chaînes de compression. Elles produisent 1,5 million de comprimés effervescents par heure qui sont ensuite conditionnés dans l'une des 29 lignes de l'usine qui fonctionne jour et nuit. Mais les sites d'Agen ne produisent pas que des comprimés effervescents qui représentent cependant les 2/3 de la production. Ainsi, 12 M€ vont être consacrés à la construction de 2 modules de formes sèches non effervescentes. Le premier entrera en service fin 2007 et le second fin 2008. Les 10 M€ restants seront consacrés à la construction d'un laboratoire de contrôle qualité qui emploiera 80 personnes. En fait, il s'agit d'une relocalisation de services existants sur le site historique de Guyenne, en centre-ville, également arrivé à saturation. BMS emploie 1400 personnes à Agen, ce qui place la ville en pole position de toutes les installations de BMS dans le monde car 40 % des volumes du groupe y sont produits. Depuis le rachat en 1994 de la société familiale Upsa, créée par le Dr Camille Bru, l'Américain aura investi 150 Me dans son outil industriel agenais. « La France représente un atout majeur pour Bristol-Myers Squibb. Nous sommes aujourd'hui la 1re filiale en dehors des États-Unis et un élément clé de la stratégie européenne du groupe. Dans ce contexte, le rôle de la marque Upsa est majeur » a souligné Stéphane Thiroloix, vice-président Europe et directeur général France de BMS. À Agen, Sylvie Latieule

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles