Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies : Thérapie cellulaire : Genzyme acquiert Verigen

Sujets relatifs :

,
Genzyme vient d'acquérir la société allemande Verigen, spécialisée dans l'ingénierie tissulaire et les thérapies cellulaires. Le montant de la transaction s'élève à 10 M$ (7,7 M ? ) en paiement initial, sans compter des paiements d'étapes qui pourraient atteindre jusqu'à 40 M$ (31 M ? ) dans les six prochaines années. Ce rachat fournit à Genzyme des installations de cultures cellulaires en Europe et en Australie, en plus de celles qu'il possède déjà à Cambridge dans le Massachusetts. Mais la transaction lui permet surtout de se renforcer dans le secteur de l'orthopédie en acquérant la technologie phare de l'Allemand, un produit de thérapie cellulaire pour la régénération du cartilage. Ce produit, baptisé Maci (Implantation de chondrocytes autologues via une matrice) est déjà vendu en Europe et en Australie depuis 1998. Genzyme espère installer la technique sur le marché américain et lancer des essais cliniques aux États-Unis d'ici 2006. La compagnie possède déjà une première génération de ce type de produit, baptisé Carticel (chondrocytes autologues cultivés) et approuvé par la FDA en 1997. Elle commercialise également en Europe et en Australie, Synvisc pour les douleurs de l'ostéoarthrose du genou. Selon Genzyme, la technique de Verigen est plus facile à utiliser que la méthode classique d'implantation de chondrocytes autologues (Aci), de Carticel. À la base des deux procédures, un chirurgien orthopédique récolte une biopsie de cartilage sain du genou d'un patient. Les chondrocytes sont alors multipliés dans des installations adéquates. Les nouvelles cellules sont ensuite réimplantées dans le genou défectueux du patient, où elles produisent un nouveau cartilage. Ces chondrocytes sont maintenus en place par une pièce de périoste (membrane fibreuse recouvrant l'os), cousue à la surface articulaire. Dans l'implantation Maci, les cellules du patient sont disposées sur une membrane de collagène, posée à l'intérieur du cartilage défectueux, qui n'a pas besoin d'être cousue. La technique permet d'éliminer le besoin de suturer la pièce de périoste et la matrice sert de support à la prolifération cellulaire. En matière de thérapie cellulaire, Genzyme possède également Epicel, une thérapie cellulaire pour traiter des patients atteints de brûlures graves par autogreffe. Genzyme mène également des recherches dans le domaine des maladies cardiovasculaires et « explore la possibilité d'utiliser des cellules souches adultes pour le traitement des maladies ». Le projet le plus important de la compagnie concerne des essais cliniques de phase II sur Magic (greffe autologue de myoblastes –
cellules musculaires souches – dans la cardiomyopathie ischémique), afin de déterminer les bienfaits de la thérapie cellulaire pour inverser les dommages subis par le muscle cardiaque suite à une attaque.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles