Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies : Pherecydes Pharma intègre Biocitech

Sujets relatifs :

,
La société biopharmaceutique vient de quitter le CEA de Fontenay-Aux-Roses (Haut-de-Seine) pour s'installer au coeur du parc technologique parisien Biocitech .
La société biopharmaceutique vient de quitter le CEA de Fontenay-Aux-Roses (Haut-de-Seine) pour s'installer au cœur du parc technologique parisien Biocitech . En plus de la proximité avec la capitale et des services disponibles sur le site, Pherecydes Pharma s'intéresse particulièrement à la possibilité « d'échanger avec les sociétés présentes à Biocitech et d'identifier des collaborations stratégiques, notamment dans le domaine infectieux pour le développement de nos programmes de biodéfense et de biosécurité », commente Manuel Géa, cofondateur de Pherecydes et p-dg de Bio-Modeling Systems, une entreprise de biologie prédictive intégrée dont a été issu Pherecydes. Ce spin-off, mené avec les partenariats d‘ACE Management et de la Société Financière de Brienne, a été lancé en décembre 2006 autour de deux brevets complémentaires de Bio-Modeling Systems. L'un concernant les techniques de recombinaison aléatoire, et l'autre portant sur la fabrication de banques de bactériophages diversifiées. Les phages sont des virus de bactéries qui permettent de trouver des réponses antibactériennes autre que celles des vaccins ou des antibiotiques. Surtout, Pherecydes a développé une technologie de phages adaptables aux mutations des bactéries. Une technologie qui pourrait être développée à l'échelle industrielle pour, selon la société, « renforcer les systèmes de biodéfense et de lutte contre les infections bactériennes grâce à des biocapteurs pour la détection des bactéries en temps réel », notamment dans le cadre de bactéries multi-résistantes, ou grâce à des « solutions de décontamination de surface », pour l'hygiène hospitalière et la lutte contre les infections nosocomiales entre autres. « Nous travaillons sur des technologies duales, à destination des marchés civils et des marchés de la défense. Ce sont des technologies différentes mais issues des mêmes programmes », confie Manuel Géa. Pherecydes travaille aujourd'hui à la mise au point de banques de phages pour des outils de diagnostic. Une première banque devrait être disponible d'ici à la fin de l'année. La société entend développer sa technologie pour des outils de destruction, puis pour des outils thérapeutiques. Pherecydes s'intéresse également à des applications contre d'autres menaces biologiques comme les virus et les toxines. J.C. Chiral Quest renforce sa présence en Chine La société américaine entend muscler ses activités sur le sol chinois. Après l'installation d'une unité de production et de laboratoires en 2005 d'une surface totale d'à peine 4000 m2 à Jianshan, près de Shanghai (CPH n°300), Chiral Quest construira une usine pilote aux normes GMP et un centre de développement de procédés d'une surface totale de plus de 18500 m2 selon Chemical Week. L'objectif est double. D'une part renforcer les capacités de production de la société. D'autre part continuer de développer ses technologies de catalyse pour la mise au point d'intermédiaires pharmaceutiques chiraux et d'ingrédients pharmaceutiques actifs. Cette structure devrait être implantée au sein du parc BioBay de Suzhou, toujours près de Shanghai, et est prévue pour ouvrir en mai 2009. Près de 400 postes de chercheurs et d'opérateurs seraient prévus. Chiral Quest n'a pas dévoilé le montant total de l'investissement qui sera assumé aux côtés de BioBay et avec l'aide de sociétés de capital-risque chinoises. Lesquelles auraient déjà apporté 13 millions de dollars (9,5 M€) au cours d'une levée de fonds. Ce sera le plus grand site de Chiral Quest. Hormis la Chine, la société n'est implantée qu'aux Etats-Unis, dans le New Jersey, où elle dispose d'un site restreint pour des activités de R&D, de développement de procédés industriels, et de la synthèse à façon. Selon elle, les produits chiraux représentent 40 % du marché des médicaments éthiques, soit un marché potentiel de 12 Mrds $, dont 4,5 Mrds $ seraient sous-traités. Chiral Quest peut produire des catalyseurs chiraux, des building blocks et des ingrédients actifs à destination des firmes pharmaceutiques, des sociétés de biotechnologies et même des entreprises de chimie fine. Le marché des génériques est également une cible prioritaire. La société considère qu'en valeur, « plus de 20 Mrds $ de médicaments chiraux perdront leurs brevets dans les prochaines années ». J.C.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles