Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies/Nouvel espoir pour le centre Biotech de Huningue

Sujets relatifs :

,

Investissement gelé depuis 1996, le centre Biotech de Huningue (Haut-Rhin) est aujourd'hui en concurrence avec deux autres sites de Novartis pour la production d'un nouveau médicament, un anticorps monoclonal pour le traitement de l'asthme et de la rhinite allergique (rhume des foins) qui pourrait s'appeler le Xolair®. Le centre de biotechnologie (Biotech) de Huningue, construit par Ciba un an avant la fusion avec Sandoz au sein de Novartis, pourrait enfin trouver une affectation, après trois ans d'attente. " Le Biotech est l'un des sites envisagés pour la fabrication d'un de nos nouveaux produits ", a révélé Hans Kindler, directeur de Novartis Suisse et membre du directoire du groupe. " Huningue est en compétition avec un site en Autriche et un site aux Etats-Unis ", a-t-il précisé. Le choix devrait intervenir " au deuxième trimestre ou au plus tard à la fin de l'année ". Selon le responsable de Novartis Suisse, " les chances de Huningue sont intactes". Ce nouveau médicament dont le nom de code est IGE 25A est issu du génie génétique. " Nous, on l'appelle E25 ", précise Renato Biasutti, responsable du site de Huningue, qui espère bien récupérer à Huningue la production de ce nouveau produit présenté par Daniel Vasella, patron du groupe suisse, comme l'un des quatre " blockbusters " du groupe, médicaments particulièrement novateurs devant assurer le renouvellement du portefeuille des produits pharmaceutiques et la poursuite de la croissance des ventes (Chimie hebdo n°40, p.16) . Il est dans la dernière phase d'essais cliniques qualifiés de prometteurs et son marché potentiel est estimé à 1 milliard de FS par an. Le Biotech de Huningue pour lequel Ciba a dépensé 450 millions de francs avait été construit à l'origine pour la production de l'hirudine, une protéine anticoagulante utilisée contre les thromboses. Mais les essais cliniques avaient été décevants et le projet de fabrication à échelle industrielle de l'hirudine abandonné. La licence a été vendue l'an dernier à Rhône-Poulenc Rorer. Le Biotech de Huningue qui devait créer 120 emplois dont 50 postes de chercheurs pour le développement de méthodes de production biotechnologiques avait alors été " gelé ". Novartis emploie 12000 de ses 82000 salariés dans la région de Bâle. n Michèle Herzberg

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles