Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies : GenOway se lance en Bourse

Sujets relatifs :

,
Biotechnologies : GenOway se lance en Bourse

La société lyonnaise GenOway, qui fournit des rats et des souris transgéniques à l'industrie pharmaceutique, va s'introduire sur Euronext.
L'opération prévoit l'émission de plus d'un million d'actions entre 4,28 et 4,96 €, valorisant le groupe entre 18,5 et 21,5 millions d'euros. La clôture de l'offre publique est fixée au 7 mai. « Des fonds aussi bien spécialisés que généralistes ont fait connaître leur intérêt pour la société », commente Gilles de Poncins, le directeur général délégué aux finances et co-fondateur du groupe. GenOway espère ainsi lever près de 5 M€. Le premier objectif de ce lancement boursier est de gagner en visibilité et de satisfaire les “big pharma”. « Actuellement, nous négocions des contrats d'approvisionnement en rongeurs avec eux. Ils cherchent à sous-traiter cette activité, car elle s'est complexifiée avec la multiplication des lignées de souris », explique Gilles de Poncins. GenOway, malgré une perte nette de 2,4 M€ en 2006, devrait retrouver l'équilibre cette année, et réaliser 6,5 M€ de revenus selon les introducteurs. Les revenus progressent de 33 % en 2005 et 91 % en 2006 pour atteindre 4,4 M€. Un développement dans d'autres industries grâce à Reach GenOway vise les marchés américain et asiatique sur lesquels elle a réalisé respectivement 15 et 3 % de ses revenus en 2006. « Cette année, les États-Unis devraient représenter 40 % de nos revenus », a précisé Alexandre Fraichard, directeur général de GenOway. Autre changement significatif: « Aujourd'hui, 100 % de notre chiffre d'affaires est réalisé avec l'industrie pharmaceutique et biotechnologique. Mais nous sommes en discussions pour fournir des souris transgéniques aux industriels agrochimiques, agroalimentaires et cosmétiques. C'est notre objectif pour 2007, a-t-il ajouté. De grands groupes comme Bayer, Syngenta, Procter & Gamble ou Shiseido sont des clients potentiels. Les commandes devraient s'intensifier dans ce secteur vers la fin 2008 en conséquence de l'application de Reach », conclut-il. GenOway, à travers sa plateforme technologique d'une capacité de 55 lignées et 3800 clones par semaine, inactive ou remplace un gène chez la souris blanche par un gène humain. Cette physiologie humanisée chez la souris mutée permet de « mimer les cancers humains, modéliser le diabète et l'obésité, prédire la toxicité des produits, induire les maladies d'Alzheimer et de Parkinson, une infection HIV… », explique Alexandre Fraichard. La société propose deux prestations différentes: 11 types de modèles semi-standards de souris modifiées, prêtes à recevoir un gène humain à la demande du client, et 25 modèles “catalogues”, correspondant à des souris mutées pour des gènes les plus fréquemment demandés. En 2008, le portefeuille de GenOway va considérablement être renforcé, notamment son “catalogue”. Dans cette catégorie, près de 50 nouveaux modèles “catalogues” seront disponibles, dont 10 grâce à des accords d'“in-licensing” avec des universités. Le catalogue, qui représentait 180000 e sur 4,5 M€ de commandes en 2006, enregistre déjà des demandes de l'ordre de 500000 e sur l'année. C.G.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles