Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies : France Biotech dresse une situation contrastée

Sujets relatifs :

« Les index boursiers des biotechnologies chutent deux fois moins que les autres indices », se réjouit Philippe Pouletty qui espère que « cette ère de crise financière donne une opportunité de renouveau d'un capitalisme entrepreunarial.
« Les index boursiers des biotechnologies chutent deux fois moins que les autres indices », se réjouit Philippe Pouletty qui espère que « cette ère de crise financière donne une opportunité de renouveau d'un capitalisme entrepreunarial. » Dans sa 7e édition du Panorama de l'industrie des biotechnologies en France, l'association dresse un bilan tout en nuances. Si les fenêtres boursières se sont fermées, des signes de « vivacité de l'écosystème » sont perceptibles, notamment à l'égard de l'intérêt qu'accordent les laboratoires pharmaceutiques aux sociétés de biotechnologies (partenariats voire acquisitions). Le premier semestre 2008 se solde par un effondrement du marché boursier, conséquence de la crise américaine du “Subprime”. Une seule introduction en bourse a été réalisée par la société Ipsogen au mois de juin (CPH n° 426), avec une levée de fonds de 12 millions d'euros. Mais la situation est valable pour nos voisins européens. Le continent a observé seulement trois introductions en bourse ce premier trimestre : Molmed (58 ME, Italie), PCI Biotech (7 ME, Norvège) et Ipsogen. Pourtant, le pipeline des sociétés de biotechnologies européennes qui souhaitent entrer en bourse compte 20 candidats potentiels. Les investissements de capital-risque sont moins impactés, notamment pour l'amorçage et le premier tour de financement qui représentent presque 16 % des investissements totaux de ce premier trimestre, soit 87 ME (contre 95 ME pour le premier semestre 2007). En 2007, le CA total des 79 sociétés qui ont révélé leurs données financières s'élève à 675 ME, les dépenses de R&D sont de 278 ME et les pertes nettes de 162 ME. Le CA est en croissance de 20 % et les dépenses de R&D de plus de 23 % par rapport à 2006. Des chiffres calqués sur la tendance européenne. Elle s'explique notamment par une augmentation de la sous-traitance d'entreprises plus matures auprès de sociétés de recherche sous contrats. Comparée aux bons élèves européens, la France souffre d'une diminution du nombre de projets en création d'entreprises dans le secteur des biotechnologies, d'après les incubateurs. La France crée deux fois moins de compagnies que la Grande-Bretagne ou l'Allemagne. Autre limite : « nous ne savons pas faire grossir les sociétés », souligne Philipe Pouletty. Enfin, si les sociétés consacrées à la santé humaine restent majoritaires, le président de l'association insiste sur l'émergence d'une industrie du “Biospare part”, celle des “pièces de rechange”. Une industrie transdisciplinaire qui réunirait les biotechnologies, les technologies médicales, les nanotechnologies, les biomatériaux, etc. Objectif : « arrêter de faire du bricolage, aller vers des thérapies complexes et fabriquer une nette croissance », a-t-il expliqué. Dans cette situation contrastée, l'Asie est un challenger à prendre aux sérieux. Cette industrie jeune progresse de 25% par an. N.T.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Nouvelles recommandations de l'ANSM pour les médicaments à base d'argile

Dans un avis publié le 28 février 2019, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) recommande de ne plus utiliser les produits à base d'argile comme le Smecta (diosmeticte) chez les[…]

11/03/2019 | PanoramaPanorama
Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Scott Gottlieb, le n°1 de la FDA démissionne

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Les Philippines poursuivent Sanofi pour le Dengvaxia

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Délais raccourcis pour les essais à design complexe et thérapie innovante

Plus d'articles