Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies/Cyphergen s'offre le français Biosepra pour étendre sa gamme de produits

Sujets relatifs :

,

Le californien Ciphergen, spécialisée dans les systèmes miniaturisés de chromatographie protéique, a acquis la compagnie française Biosepra, ce qui lui permet d'accéder au marché de la chromatographie industrielle, ou chromatographie de process, en complément de celui de la bioséparation en laboratoire. Ciphergen commercialise le système ProteinChip qui permet directement et plus rapidement que les systèmes chromatographiques classiques (colonnes), d'analyser, de séparer ou de détecter des protéines à partir d'échantillons biologiques. A l'heure où la protéomique a pris le pas sur la génomique, cette intégration donne à Ciphergen un accès à un marché évalué à près d'un milliard de dollars, en complément de ses activités propres. Cela lui permet de proposer à ses clients, majoritairement des grands groupes pharmaceutiques, une offre continue dans la bioséparation, couvrant les besoins des industriels, du laboratoire à la production à grande échelle. Biosepra a affiché en 2000 un chiffre d'affaires de 5,9 millions de dollars dont 70 % réalisés à l'export (majoritairement aux Etats-Unis et en Europe) et consacre 15 % de ces revenus à ses efforts de recherche et développement. La société est née en 1992 d'un essaimage de technologies issues de Rhône-Poulenc. Parmi les clients de Biosepra se trouvent, à côté des laboratoires pharmaceutiques, des entreprises de biotechnologie, et plus marginalement des entreprises agroalimentaires. Biosepra dispose d'un site situé à Cergy-Saint-Christophe (Val-d'Oise), certifié ISO 9001 en 2001, et destiné à la recherche, au développement, et à la production de supports de chromatographie, avec une capacité de 100 000 litres par an. Biosepra a procédé à la construction d'un nouvel atelier de production qui sera dédié à la production d'un nouveau produit à partir de 2002. Biosepra a en effet développé des billes de zircone de forte densité, permettant la capture de molécules exprimées par des cellules ou des micro-organismes en culture, évitant les étapes de filtration et de préparation de l'échantillon. De son côté, Ciphergen a réalisé en 2000 un chiffre d'affaires de 8,9 millions de dollars, et prévoit de réaliser des ventes situées entre 18 et 19,5 millions de dollars pour l'exercice 2001, grâce à la vente de quelque 150 systèmes ProteinChip, notamment à GlaxoSmithKline, Novartis, ou Pfizer. Le système de Ciphergen, en plus de permettre la séparation des protéines, autorise la détermination simple de la masse moléculaire de la molécule grâce à un détecteur en ligne. La compagnie a ouvert aux Etats-Unis, en Europe et en Asie trois centres, appelés Biomarker Discovery Center, qui ont pour objectif d'accueillir des collaborations avec des équipes de recherche extérieures afin de découvrir et de caractériser de nouveaux marqueurs biologiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles