Nous suivre Industrie Pharma

Biotechnologies/Alliance de 100 M$ pour les allemands Altana et GPC

Sujets relatifs :

,

Les firmes de biotechnologies allemandes Altana et GPC ont conclu une alliance d'un montant de 100 millions de dollars, ce qui représente l'accord le plus important en termes financiers dans le pays. Selon les termes de l'accord, Altana attend que GPC développe, sur une durée de cinq ans, des traitements contre le cancer. Dans le cas où les recherches menées par GPC aboutiraient à la mise sur le marché de traitements, GPC recevra des paiements supplémentaires. Le champ d'investigation de GPC sera concentré sur les cibles thérapeutiques intervenant dans l'induction de la mort cellulaire programmée (apoptose). GPC a récemment signé un autre accord de R&D avec Aventis et Boehringer-Ingelheim, d'une valeur de 30 M$, également dans le domaine du cancer. La compagnie utilise les techniques d'analyse fonctionnelle des gènes et des protéines pour mettre en évidence des substances thérapeutiques, qui sont soit développées par des laboratoires clients, soit inclus dans le pipeline de GPC. Selon les analystes, la présence aux Etats-Unis constitue un avantage aux yeux des grands laboratoires, dans la compétition avec des firmes telles que Millennium, Human Genome Science, et Curagen, qui a récemment signé un contrat de 1,5 Mrd $ avec son compatriote Bayer. Perte nette plus forte que prévue en 2000 pour Shiseido... et année faste pour L'Oréal Le géant japonais des cosmétiques Shiseido, numéro quatre mondial dans son secteur, a annoncé s'attendre désormais à une perte nette de 43 milliards de yens (398 M€) pour l'exercice 2000 se terminant fin mars, au lieu d'une prévision initiale de 34 Mrds ¥, qui le pousse à prévoir une vaste réorganisation sur le marché japonais. Le groupe a expliqué la révision à la baisse de ses résultats par une diminution de ses ventes au Japon et un accroissement des coûts au second semestre. " En dépit d'une politique agressive d'investissements dans des campagnes de promotion et publicitaires notamment pour soutenir nos ventes au Japon, nous pensons qu'en raison d'une poursuite de la déprime sur le marché, nous n'atteindrons pas notre objectif initial pour les ventes ", a indiqué Shiseido. " Cette tendance a particulièrement affecté nos produits vendus exclusivement dans des boutiques de proximité et certaines lignes de maquillage ", selon un porte-parole, de la compagnie, notamment des lignes C-O et Pieds Nus. Avant impôts et éléments exceptionnels, le groupe anticipe un bénéfice mais de seulement 31 Mrds ¥ contre une estimation initiale de 41 Mrds ¥. Le chiffre d'affaires est prévu à seulement 600 Mrds ¥ contre 610 et le bénéfice d'exploitation à 32 Mrds ¥ au lieu de 40. " La chute de nos ventes au Japon va causer une baisse de nos marges. En outre des investissements supplémentaires au deuxième semestre vont encore réduire notre rentabilité ", a indiqué le groupe pour expliquer la baisse de ses profits avant impôts. Le groupe a précisé qu'il va réviser son plan de gestion à moyen terme en raison de ces mauvaises nouvelles. Le projet de réorganisation qui sera présenté vers le mois de mars aura pour objectif, selon Shiseido, de " répondre aux changements dans les besoins des consommateurs et les réseaux de distribution ", principalement au Japon. Parmi ces réformes, Shiseido va se recentrer sur 20 lignes de produits dans les soins pour la peau, " sa principale force ", au lieu de 40 à 50 actuellement, afin d'aboutir à " des lignes de produits fortes, qui deviendront de solides sources de revenus pour le groupe ". Le groupe va aussi réorganiser son marketing de manière à cultiver surtout certaines lignes sources de revenus importants pour le groupe. Shiseido entend aussi revoir son système de distribution, en révisant les contrats actuels avec ses revendeurs, en distinguant deux filières, les chaînes d'un côté et de l'autre, les magasins indépendants comme les parfumeries ou pharmacies. Une division logistique sera en outre établie pour mieux gérer les stocks et les flux de ventes. Le groupe prévoit aussi de réorganiser sa structure de direction pour mieux " clarifier les responsabilités " et créer un cadre pour incorporer des opinions externes au groupe dans la stratégie. De son côté, L'Oréal a connu une année, selon elle " exceptionnelle ", avec un chiffre annuel consolidé de 12,7 Mrds €, en progression de 17,9 % par rapport à 1999. Ce chiffre d'affaires progresse de 17,5 % dans la branche Cosmétique, et de 32,2 % en Dermatologie. Si les résultats complets ne seront connus que le 21 février, l'année 2000 a été riche en acquisitions pour le groupe, avec le rachat de l'américain Carson, leader mondial des produits cosmétiques ethniques, la compagnie Matrix Essentials, leader nord-américain des produits capillaires professionnels, et Kiehl's, marque de produits de soins. Selon la compagnie, ces acquisitions, complétées par les acquisitions locales (Laboratoires Ylang SA en Argentine, Respons dans les pays Scandinaves), " offrent un potentiel de développement exceptionnel " au groupe. Enfin, L'Oréal précise que l'alliance stratégique signée dans les derniers jours de l'année dernière avec Shu Uemura, marque japonaise pionnière dans l'art du maquillage et du soin, ne sera consolidée qu'en 2001.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Après 35 années de carrière en industrie et conseils multi-secteurs, Marc Jadot, fondateur et président de Kulminéo, s’est forgé une conviction profonde : « La performance[…]

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Plus d'articles