Nous suivre Industrie Pharma

Bioproduction : Librophyt ou la synthèse de molécules anticancéreuses dans des plants de tabac

Sujets relatifs :

,
Produire des molécules d'intérêt thérapeutique grâce à des plants de tabac reprogrammés à cette fin, tel est le créneau choisi par Librophyt. Créée en 2003 à partir des compétences développées au département d'écophysiologie végétale et microbiologie du CEA de Cadarache (Bouches-du-Rhône), la petite société de neuf personnes s'est attachée à produire un précurseur du taxol et du taxotere, agents anticancéreux utilisés pour le traitement des cancers de l'ovaire, du sein, du poumon et de la prostate. Ces molécules sont produites par l'if (Taxas baccata): naturellement pour le taxol, puis par hémisynthèse pour le taxotere à partir d'une autre molécule de l'if, la 10-déacetylbaccatin III (10-DAB III). Chez l'if, les quantités de taxol sont cependant extrêmement faibles (0,01 % de matière sèche), ce qui a conduit à une surexploitation de l'arbre et à sa quasi-disparition dans certains pays. D'où l'idée d'Alain Tissier, président de Librophyt, de tenter de produire un précurseur de ces anticancéreux à partir de plants de tabac (un tabac sauvage et non celui utilisé pour l'industrie de la cigarette) génétiquement modifiés. Une plante choisie parce qu'elle produit déjà naturellement des molécules de la même classe que le taxol et le taxotere, possède une croissance rapide et permet d'obtenir en peu de temps une biomasse importante. La technique consiste alors à exploiter certains organes du tabac, comme les poils excréteurs (trichomes) des feuilles, spécialisées dans la synthèse de métabolites de la famille du taxol, pour qu'ils fabriquent la molécule antitumorale de l'if. En clair, le gène pour lequel les trichomes sont programmés est inactivé et la chaîne de fabrication des poils excréteurs réorientée pour qu'ils produisent du taxol, à partir des gènes de l'if. Librophyt travaille par ailleurs sur d'autres molécules. La société a ainsi lancé un programme visant à produire de l'artémisinine, un antipaludéen dérivé d'une herbe, Artemisia annua, qu'Alain Tissier espère obtenir via la transgénèse des feuilles de tabac à l'horizon 2009.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles