Nous suivre Industrie Pharma

Bioproduction : Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

À Alès, Hélène Bour

Le groupe biopharmaceutique a inauguré, mardi 25 octobre, les nouvelles installations industrielles du site de sa filiale biotechnologies LFB Biomanufacturing, à Alès dans le Gard. Résultat d'un investissement de 10 millions d'euros, ces installations permettront de tripler les capacités de production du site dès 2017.

C'est en présence de nombreux élus et représentants de l'État, de la région Occitanie, du département du Gard et du maire d'Alès que Christian Béchon, p-dg du groupe LFB, a inauguré, le mardi 25 octobre, les nouvelles installations industrielles de sa filiale LFB Biomanufacturing, spécialisée dans la fabrication de protéines recombinantes par culture cellulaire, basée à Alès (Gard). Jusqu'alors composé d'une seule unité de production de 150 m2, le site s'est doté d'une seconde unité qui étend à 700 m2 la surface de production, incluant à la fois un espace dédié à la culture cellulaire en bioréacteurs (« upstream »), des unités de purification des protéines (« downstream ») et des laboratoires de contrôle afférents. Au total, le site s'étend désormais sur 16 790 m2, dont 4 862 m2 de réserve foncière. Cet agrandissement est le résultat d'un investissement de 10 millions d'euros du groupe LFB, ainsi que de soutiens financiers à hauteur de 600 000 € consentis par la communauté de commune d'Alès, le département du Gard, la région Occitanie, le fonds FEDER et le Commissariat général à l'égalité des territoires (CGET). Ces infrastructures permettront au site de produire a minima trois fois plus de médicaments dès 2017, et jusqu'à dix fois plus d'ici 2020, une fois que la seconde unité sera entièrement équipée. Car, pour l'heure, si la partie de purification des protéines a déjà été mise en service, le site de culture cellulaire est encore en cours d'équipement. Il devrait être doté de six bioréacteurs en inox et à usage unique d'une capacité de 2 000 litres chacun d'ici à quelques mois. Et si LFB Biomanufacturing voit si grand, c'est parce que l'usine gardoise vise à obtenir un agrément de la Food and Drug Administration (FDA) en 2017, pour fabriquer et commercialiser un facteur de coagulation contre l'hémophilie destiné aux États-Unis. Ce dernier est encore en phase III de développement clinique. Le site d'Alès produit par ailleurs un anticorps monoclonal « anti-D », pour des situations rares mais graves d'allo-immunisation foeto-maternelle, en phase IIB de développement clinique. LFB Biomanufacturing a également une activité de producteur et développeur à façon (CDMO). Il fabrique ainsi un anticorps monoclonal dans le traitement du cancer de l'ovaire pour la société française GamaMabs et un anticorps monoclonal pour le traitement des leucémies lymphoïdes à lymphocites B pour TG Therapeutics. Ces deux traitements sont issus de la recherche du LFB mais développés par ces sociétés pharmaceutiques.

 

Une réussite française qui dynamise le bassin d'Alès

 

Pour réussir à tripler voire décupler ses capacités de production, le site prévoit d'ores et déjà de porter ses effectifs à 100 employés (contre 69 actuellement) dans les prochaines années, à l'horizon 2020. Implanté au coeur des Cévennes, le site d'Alès a déjà créé 30 emplois qualifiés depuis 2013. Pleinement conscient du poids de LFB Biomanufacturing dans le développement du territoire régional, Christian Béchon s'est félicité de cette « réussite française », créatrice d'emplois hautement qualifiés au coeur de la région Occitanie, dans une zone où la reconversion industrielle a été socialement difficile après la fermeture des mines de charbon dans les années 1980. « À l'heure où tant de craintes nous entourent, où l'industrie traverse des moments difficiles, nous voulons vous montrer qu'il est possible pour une entreprise publique comme nous (l'État est actionnaire du LFB à 100 %, N.D.L.R.) de créer des emplois, de créer des richesses et de contribuer en plus aux capacités d'exportation du pays », a conclu le p-dg du LFB. De son côté, le maire d'Alès et président d'Alès Agglomération, Max Roustan, a salué une « belle réussite, dont le bassin d'Alès avait bien besoin », notamment pour « rayonner différemment dans le monde d'aujourd'hui, où l'image compte beaucoup. »

Fondé en 1994, le groupe LFB possède cinq sites de production, dont quatre en France : deux basés aux Ulis (siège social, dans l'Essonne), un à Lille et un à Alès. Si la production « upstream » et « downstream » des médicaments recombinants obtenus par culture cellulaire sera faite sur le site d'Alès, les étapes de « fill and finish » seront, quant à elles, effectuées par des entreprises tierces. Pour l'heure, les productions de médicaments dérivés du plasma sont concentrées sur les Ulis et à Lille. Tandis que les Ulis abrite également la plateforme innovante de CELLforCURE, dont la mission est d'industrialiser les thérapies cellulaires et géniques.

En juin dernier, le LFB a posé la première pierre de sa future usine de bioproduction à Arras (Nord), en présence du président de la République François Hollande. D'un investissement de 300 millions d'euros, l'usine représentera une surface totale de 36 000 m2. Ce dernier site, qui permettra au LFB de tripler sa capacité de production de médicaments dérivés du plasma (albumine, immunoglobulines et fibrinogènes notamment) devrait être opérationnel en 2020.

LE LFB EN BREF

Siège : Les Ulis (Essonne) Chiffre d'affaire : 502,4 M€ en 2015, dont 18 % (90,5 m€) investis en R&D Implantation : 5 sites de bioproduction dont 4 en France Effectif : 2 111 collaborateurs dans le monde dont 1 600 en France Produits : 23 médicaments commercialisés dans plus de 40 pays

HISTORIQUE DE L'USINE D'ALÈS

2007 : le LFB rachète la société MAbgène et son site d'Alès de 500 m2 2008 : début de l'utilisation de technologies à usage unique 2009 : achat du bâtiment et du terrain à l'emplacement actuel 2010 : étendue de la zone pilote, installation d'un laboratoire contrôle qualité, ajout d'une zone de préparation des milieux de culture cellulaire et de solutions 2011 : investissement de 5 M€ pour augmenter les capacités de production 2012 : MAbgène devient LFB Biomanufacturing, filiale du groupe LFB Depuis 2012 : construction de la nouvelle unité de production pour augmenter encore plus les capacités de production du site et obtenir l'agrément FDA 2016 : inauguration des nouvelles installations industrielles du site

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bioproduction bactérienne : Wacker investit sur son site d’Amsterdam

Bioproduction bactérienne : Wacker investit sur son site d’Amsterdam

Le groupe munichois Wacker, qui avait racheté un site de production microbienne et de vaccins à Amsterdam en 2018, a décidé d’augmenter ses capacités. Au programme, la construction d'une nouvelle[…]

18/08/2020 | CRO/CMOCovid-19
CDMO : Fujifilm investit 807 M€ dans son usine danoise

CDMO : Fujifilm investit 807 M€ dans son usine danoise

Cell-Easy collabore avec le CHU de Toulouse

Cell-Easy collabore avec le CHU de Toulouse

Une usine américaine pour Wuxi Biologics

Une usine américaine pour Wuxi Biologics

Plus d'articles