Nous suivre Industrie Pharma

Biopharmacie : Novartis veut s'offrir NeuTec Pharma pour 443 millions d'euros

Sujets relatifs :

,
Novartis a annoncé son intention de lancer une offre amicale de 305 M£ (443 Mh) pour le rachat du laboratoire britannique NeuTec Pharma, spécialisé dans les infections nosocomiales. L'offre de 10,50 £ par action (15€ ) est supérieure de 109 % au dernier cours du titre avant l'annonce. Cette OPA est soutenue par le conseil d'administration et les principaux actionnaires de la société de biopharmaceutique qui apporteront 39 % des titres. Employant 23 personnes et basé à Manchester (Royaume-Uni), NeuTec Pharma se concentre sur les traitements des infections survenant en milieu hospitalier et dispose dans son portefeuille de deux produits avancés en cours d'essais cliniques, Mycograb et Aurograb. Le premier, un traitement de la candidose invasive (mycose), est un fragment d'anticorps recombinant qui cible la protéine hsp90. La liaison du médicament sur la protéine prévient tout mécanisme de défense du champignon qui devient plus sensible aux antifongiques tels que l'amphotéricine- B. NeuTec a déposé le dossier d'AMM en mars 2005 dans l'Union européenne, et devrait le soumettre à la FDA en 2009. Le second, Aurograb, est également un fragment d'anticorps recombinant destiné au traitement des infections causées par le staphylocoque doré. Il se lie à un antigène de surface et rend le microorganisme vulnérable aux antibiotiques. Aurograb, actuellement en phase III d'essais cliniques, devrait être soumis aux autorités sanitaires américaine et européenne en 2010. Du côté de Novartis, l'acquisition récente de Chiron pour 5,4 Mrds $ (4,2 Mrds € ) lui avait déjà apporté les droits européens de Cubicin (daptomycine), le premier antibiotique du type lipopeptide cyclique, destiné au traitement des infections de la peau et des tissus causées par les bactéries Gram +. Toujours dans le domaine des infections nosocomiales, en juin 2005, Novartis avait signé un accord de collaboration avec Arrow Therapeutics pour le développement du peptide inhibiteur A60444. Cette molécule, intervenant dans la thérapie des infections à virus respiratoire syncytial, est en cours d'essais de phase II. Les droits d'Albuferon repris à HGS pour 35 millions d'euros D'autre part, le laboratoire suisse vient d'acquérir les droits de commercialisation du traitement de l'hépatite C Albuferon (albumine-interféron a2b), auprès d'American Human Genome Sciences (HGS). Le premier versement de 45 millions de dollars (35 M€ ) sera suivi de paiements d'étape qui pourraient atteindre 507 M$ (393 M€ ), dont 47,5 M$ lors de l'entrée en phase III d'essais cliniques, ce qui devrait être fait avant la fin de l'année. Le coût des essais sera assumé par les deux partenaires, qui commercialiseront ensemble Albuferon aux États-Unis et se partageront équitablement les coûts et les profits. Pour le reste du monde, Novartis sera seul responsable de la commercialisation et versera à HGS des royalties sur les ventes. Novartis dispose déjà d'un portefeuille de produits contre les hépatites incluant des antiviraux et des immunorégulateurs. En plus d'Albuferon, le laboratoire suisse a acheté les droits de valopicitabine (NM283) auprès d'Idenix pour 25 M$ (19 M€ ) en mars dernier. La molécule était développée conjointement par les deux laboratoires depuis un accord de recherche signé en mai 2003. Deux autres traitements antiviraux contre l'hépatite B, telbivudine et valtorcitabine, respectivement en phase III et II d'essais cliniques, se trouvent également dans le portefeuille de Novartis. Enfin, le laboratoire s'est engagé dans un processus de recherche avec Anadys sur ANA975, un agoniste au récepteur de type Toll 7, pour le traitement des hépatites B et C. ANA975 serait potentiellement synergique avec valopicitabine, avance Novartis, ce qui en ferait la première thérapie administrable par voie orale pour l'hépatite C.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles