Nous suivre Industrie Pharma

Biomolécules : Ablynx signe un contrat de 265 M$ avec Boehringer Ingelheim

Sujets relatifs :

,
La start-up belge Ablynx vient de signer un contrat de recherche avec Boehringer Ingelheim pour près de 265 M$ (205 M€) portant sur le développement de nouvelles thérapies contre la maladie d'Alzheimer.
La particularité de cette société est de mettre au point une nouvelle classe de protéines thérapeutiques basées sur des fragments d'anticorps “single domain”. L'idée est née en Belgique, lorsque des chercheurs ont constaté que les anticorps naturels présents chez les camélidés (chameaux et lamas) étaient exempts d'une chaîne légère mais restaient pleinement fonctionnels. Baptisés Nanobodies, ces fragments d'anticorps correspondent à la plus petite unité fonctionnelle, et selon Ablynx, sont stables, et donc administrables par voie intraveineuse, orale et topique. Ils possèdent l'affinité et la sélectivité des anticorps traditionnels. Et, en raison de leur taille, ils peuvent interagir avec des récepteurs, des sites actifs d'enzymes ou des zones d'actions de virus inaccessibles aux anticorps conventionnels. Enfin, ils sont produits par des micro-organismes, une méthode présentant un avantage significatif de coût par rapport aux méthodes de production classiques des anticorps. Lors d'études avancées chez le primate, la société avance avoir constaté « l'absence de toute immunogénicité détectable pour ses candidats Nanobodies ». Aujourd'hui, quatre d'entre eux sont en phase préclinique: le premier est un médicament injectable, candidat pour le traitement de l'arthrite rhumatoïde. Le second, injectable également, est mis au point en qualité d'anti-thrombotique. Les deux autres composés, à prise orale, sont développés pour lutter contre le syndrome du colon irritable et contre la maladie de Crohn. Ablynx prévoit de « commencer les essais cliniques sur deux d'entre eux début 2007 », pour des premiers produits sur le marché dès 2012-2013. Deux autres programmes de développement à des stades plus précoces portent sur un traitement local contre le psoriasis, et deux traitements injectables contre les tumeurs solides et la maladie d'Alzheimer. Ablynx prévoit une éventuelle introduction en Bourse Selon un article publié dans le quotidien flamand Tijd, Ablynx se fixe six mois pour préparer une éventuelle introduction en Bourse. Mais la société n'a pour l'instant mandaté aucune banque pour préparer ce dossier. Son patron Edwin Moses, a précisé que sa décision dépendra notamment « de l'issue des résultats de tests cliniques de phase I de sa technologie afin de pouvoir écarter les risques pour le corps humain ». Ces résultats sont attendus dans le courant du deuxième trimestre. La société, qui vient n'inaugurer un site de production en Belgique, bénéficie déjà d'une certaine confiance des investisseurs. En effet, depuis sa création, elle a levé près de 70 M€, dont 40 M€ lors d'un tour de table organisé en novembre dernier. Cette opération a été menée par le nouvel investisseur, la banque KBC, suivi d'un second nouveau venu, SR One, la branche de capital-risque de GSK, et d'un consortia d'investisseurs déjà présents: Abingworth Management, Alta Partners, Biotech Fund Flanders, Gilde Healthcare Partners, GIMV et Sofinnova Partners. « Combiné avec son capital existant, Ablynx pourra maintenant financer ses opérations au moins jusqu'à mi-2008 », a commenté Edwin Moses. Le contrat avec Boehringer Ingelheim est le second que la société signe en deux mois. Elle vient en effet de conclure un partenariat de recherche exclusif d'une valeur de 212,5 M$ (164,5 M€) avec Wyeth qui porte sur des Nanobodies ciblant des protéines TNF-a. En outre, Ablynx a déjà à son actif des contrats avec Novartis, Procter & Gamble, Centocor (J&J) et le Japonais Kirin Brewery.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles