Nous suivre Industrie Pharma

BioMérieux fait état d'une performance « remarquable » pour 2017

L.H.

Sujets relatifs :

, ,

L'exercice 2017 a été une « très belle année pour BioMérieux », a déclaré son p-dg Alexandre Mérieux lors de l'annonce des résultats annuels du groupe. Le spécialiste français du diagnostic in vitro a vu son chiffre d'affaires progresser de 10,2 % pour atteindre 2,29 milliards d'euros. Alexandre Mérieux a insisté sur la répartition « assez équilibrée » de ce chiffre d'affaires, avec une contribution des applications industrielles à hauteur de 18 %, de la biologie moléculaire à 19 %, des immunoessais à 20 % et de la microbiologie à 41 %. « Cet équilibre qui s'est renforcé au cours du temps est une force pour nous », a-t-il ajouté. FilmArray, la solution de biologie moléculaire PCR dédiée au diagnostic des maladies infectieuses que BioMérieux a acquis avec la société américaine BioFire en 2014, a contribué à la croissance du groupe à hauteur de 60 %, avec des ventes atteignant 368 M€.

Le bénéfice opérationnel, en hausse de 12,4 %, a atteint 335 M€. La plus forte progression est attribuée au revenu net, qui a bondi de 32,6 % à 238 M€. Quant à l'Ebitda, il atteint 475 M€, en hausse de 8 %. Alexandre Mérieux a souligné la « solide situation financière du groupe, quasiment désendetté », avec une dette de seulement 156 M€. En 2017, les dépenses de R&D du groupe se sont élevées à 304 M€, ce qui représente 13,3 % du chiffre d'affaires. En 2016, ce montant était de 272 M€, soit 12,9 % du chiffre d'affaires. Les efforts de recherche ont, comme annoncé en mars dernier, notamment porté sur FilmArray (CPH n°792). Des efforts de recherche que le groupe envisage de poursuivre en 2018, notamment sur le diagnostic syndromique des maladies infectieuses. Les dépenses consacrées à la R&D pourraient représenter environ 14 % du chiffre d'affaires. Pour les ventes, BioMérieux s'attend à une croissance comprise entre 8 et 9 %, et à un résultat opérationnel compris entre 325 et 345 M€, malgré une anticipation d'environ 40 M€ d'effets de change négatifs. Concernant d'éventuelles acquisitions futures, le groupe a déclaré avoir une situation financière « très robuste » et donc avoir la capacité de réaliser une acquisition de l'ampleur de celle de BioFire, racheté pour 450 M$. Mais à condition que cela « fasse du sens stratégiquement sur le long terme ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

En bref : Inventiva, OSE Immunotherapeutics, AstraZeneca

En bref : Inventiva, OSE Immunotherapeutics, AstraZeneca

Inventiva augmente son capital de 15 M€ Le spécialiste dijonnais de la fibrose a annoncé avoir réalisé une augmentation de capital de 15 millions d’euros, souscrite par des actionnaires existants, comme[…]

Dans les pipelines : Roche, Nanobiotix, Poxel

Dans les pipelines : Roche, Nanobiotix, Poxel

Teva reste dans le rouge

Teva reste dans le rouge

Une année 2019 paradoxale pour Ipsen

Une année 2019 paradoxale pour Ipsen

Plus d'articles