Nous suivre Industrie Pharma

BioMed X se positionne en plateforme d'open innovation

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Créée en 2013, l'entreprise allemande internalise l'open innovation. Elle a développé une offre de services de recherche biomédicale reposant sur un nouveau modèle.

À l'interface entre la recherche académique et l'industrie, la jeune société allemande BioMed X se présente comme un centre d'innovation avec un nouveau modèle de collaboration. La société créée en 2013 entend ainsi faire de « l'innovation biomédicale en sortant des sentiers battus de la pharma », selon Christian Tidona, p-dg de BioMed X. La société propose d'établir un pont entre les laboratoires pharmaceutiques et les équipes de recherche académiques dans les domaines spécifiés. Ainsi, la signature d'un accord de partenariat avec un laboratoire pharmaceutique déclenche une première étape de « publication au niveau mondial d'un challenge R&D très amont, fourni par le partenaire pharmaceutique ou biotech », signale la société. Ce problème de recherche est diffusé « aux meilleures universités et institutions de recherche », indique Christian Tidona. Il poursuit : « Nous invitons les jeunes scientifiques brillants à soumettre des propositions de projets très originaux ». Le centre d'innovation allemand estime recevoir entre 400 et 600 propositions venant de 40 à 60 pays. La deuxième étape consiste à établir une sélection parmi ces dossiers. Les 15 meilleurs candidats sont invités pour « un camp d'entraînement de 5 jours » au sein de BioMed X à Heidelberg (Allemagne). « Ils sont placés en 5 équipes compétitives et sont appelés à partager leurs idées créatives en des approches complètement nouvelles », détaille Christian Tidona. L'équipe la plus innovante est désignée comme gagnante. Elle « gagne une bourse au Centre d'innovation BioMed X. Les gagnants du camp d'entraînement sont logés avec leurs familles à Heidelberg où le projet est incubé pour une durée allant jusqu'à 4 ans dans un laboratoire d'open innovation sous la supervision de mentors expérimentés du domaine académique et de l'industrie », précise le dirigeant.

 

Sponsoring

 

Actuellement une cinquantaine de chercheurs du monde entier sont ainsi établis à Heidelberg. Ils sont répartis dans six groupes de recherche sponsorisés par quatre entreprises pharmaceutiques. En effet, BioMed X a signé son premier partenariat avec Merck Serono en avril 2013. Cette collaboration porte sur de « nouvelles approches pour la thérapie du cancer ». Un contrat étendu pour une troisième année en juillet 2015 après « la présentation biannuelle à Heidelberg ». Trois équipes de recherche sont ainsi dédiées aux projets de Merck au sein du laboratoire d'Heidelberg. Début 2015, BioMed X a également signé un contrat avec l'Allemand Boehringer Ingelheim, « pour établir un groupe de recherche sur l'identification de nouveaux concepts thérapeutiques pour traiter les patients avec une maladie pulmonaire obstructive chronique », selon la société. Cette annonce en janvier 2015 a été suivie fin février par celle concernant une collaboration avec le laboratoire suisse Roche. Les deux partenaires précisent que « le groupe de recherche se concentrera sur le développement d'une nouvelle plateforme technologique de capteur basé sur de nouveaux nanomatériaux comme le graphène ». En mars 2015, c'est avec AbbVie que BioMed X a signé un accord de collaboration. L'objet des recherches est « le traitement intracellulaire de la protéine tau et la clairance, ainsi que des études pour élucider comment le traitement de la protéine tau est affecté par les altérations liées à la maladie d'Alzheimer, ou les facteurs génétiques liés à l'apparition tardive de la maladie d'Alzheimer ». En fin d'année 2015, BioMed X a mis en place une deuxième équipe de recherche dans le cadre d'une extension de sa collaboration avec Boehringer. Cette équipe de neuroscientifiques travaillera sur le circuit biologique complexe à l'interface entre les neurones de projection, les interneurones et les cellules non-neuronale pour la génération de nouveaux concepts thérapeutiques. Ces recherches sont financées par les entreprises partenaires, comme le détaille le dirigeant : « BioMed X reçoit des paiements trimestriels de ces sponsors pharma incluant tous les coûts et des frais de gestion. À la fin, le partenaire pharma a le droit d'acquérir la totalité de la propriété intellectuelle en payant une redevance prénégociée en fonction du succès ». Fort de ces contrats, Christian Tidona ambitionne d'enregistrer deux nouveaux partenariats en 2016 et de porter les effectifs à 100 chercheurs. Pour mener ces recherches, BioMed X dispose d'un laboratoire de biologie cellulaire et moléculaire de 1 500 m2 sur le campus de l'université d'Heidelberg. Le p-dg prévoit par ailleurs l'ouverture d'un site en Amérique du Nord. BioMed X poursuit ainsi le développement de son modèle d'open innovation.

BioMed X en bref

- Création en 2013 - Effectifs : 50 personnes - 6 groupes de recherches - 4 sponsors pharmaceutiques - Chiffre d'affaires : confidentiel - Un laboratoire de 1 500 m2 à Heidelberg

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles