Nous suivre Industrie Pharma

BioAlliance confiant dans son portefeuille

Sujets relatifs :

,
L'année aurait pu mieux commencer. Fin février, BioAlliance Pharma a rompu son contrat avec SpeBio, coentreprise avec SpePharm, pour la commercialisation de son premier produit, Loramyc (miconazole Lauriad).
L'année aurait pu mieux commencer. Fin février, BioAlliance Pharma a rompu son contrat avec SpeBio, coentreprise avec SpePharm, pour la commercialisation de son premier produit, Loramyc (miconazole Lauriad). Une plainte a également été déposée pour « violation de ses obligations contractuelles et pour obtenir réparation du préjudice lié au retard de commercialisation et de ventes ». Si BioAlliance a déployé des forces commerciales en France (+ 96 % de ventes de Loramyc en un an, à
1 million d'euros), elle devra en déployer de nouvelles en direct ou par le biais de partenaires en oncologie sur les pays européens concernés. Cependant, BioAlliance s'est satisfait de ses résultats 2008. Son chiffre d'affaires a bondi de 134 %, à 8,2 M€, notamment grâce à ses revenus d'accords de licence (7 M€), comme ceux signés avec Handok et NovaMed en Asie (CPH n°418 et 429), tandis que son résultat net a augmenté de 39 %, à
1,83 M€. Sa perte opérationnelle s'est en revanche accrue de 19,6 à 23,2 M€, au gré des acquisitions de nouveaux produits en développement ou des dépenses de R&D. Début 2009, BioAlliance comptabilisait une trésorerie de 31,7 M€. Avec des paiements d'étapes attendus de 16 M€ en 2009-2010, la société devrait faire face pendant deux ans. Sans compter la progression de ses ventes et les avancées de son pipeline. Comme par exemple un paiement, estimé à 20 M€, via l'Américain Par Pharmaceutical, qui détient la licence Loramyc aux États-Unis, après une approbation du produit par la FDA espérée au premier trimestre 2010. BioAlliance pense également lancer, au premier semestre 2010, Ondansetron RapidFilm en Europe, un antiémétique acquis l'an dernier (CPH n°424). Au total, la société mettrait sur le marché « d'ici quatre ou cinq ans » trois à six produits pour des revenus annuels allant de « 50 à 100 M€ », selon Dominique Constantini, président du directoire. J.C.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Nomination

Bastien Pech de Laclause rejoint Vauban Executive Search

Bastien Pech de Laclause rejoint les équipes de Vauban Executive Search, cabinet de conseil en recrutement, par approche directe de référence. Il intervient sur des missions de recrutement et de conseil pour les acteurs de[…]

06/10/2021 | Ressources humaines
Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Expertise

Kulminéo, une approche terrain pour booster la performance de l’industrie pharmaceutique

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Plus d'articles