Nous suivre Industrie Pharma

BioAlliance accélère son développement

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Collaboration de recherche, accord de licence, reprise de droits de commercialisation... La société française de biotechnologies a récemment annoncé plusieurs projets visant à muscler le développement de ses produits.

BioAlliance avance de façon dynamique ses programmes. Il a annoncé et fait un point d'étapes sur plusieurs projets. Le laboratoire français a d'abord noué un partenariat avec le Britannique Penn Pharma. Il lui a confié le développement pharmaceutique de son candidat médicament Validive (clonidine), incluant la production de lots cliniques de phase III et la production commerciale. Le Validive est actuellement en phase II d'essais cliniques dans la prévention et le traitement de la mucite orale sévère induite par les traitements par radio et chimiothérapies dans les cancers ORL. Dans le domaine de l'oncologie, le laboratoire tricolore développe également le Livatag (doxorubicine), en phase III pour le traitement du carcinome hépatocellulaire, et la biothérapie AMEP, en phase I pour le traitement du mélanome métastatique invasif.

Une collaboration avec Daewoong Pharmaceutical

BioAlliance a aussi signé un accord avec la société sud-coréenne Daewoong Pharmaceutical. Cette fois, le partenariat n'aura pas trait au développement d'un produit mais à sa commercialisation. Il concernera plus particulièrement le Sitavig (acyclovir Lauriad), récemment enregistré aux États-Unis et dans 10 pays européens pour le traitement de l'herpès labial récurrent. BioAlliance a octroyé à Daewoong une licence exclusive pour la commercialisation et la prise en charge de l'enregistrement de ce produit en Corée du Sud. Si les détails financiers n'ont pas été divulgués, le groupe français devrait recevoir des montants « significatifs » en tant que paiements initial et d'étape ainsi que des redevances « à deux chiffres » sur les futures ventes du médicament.

Fin du partenariat avec Vestiq

Enfin, la société française a fait un point d'étape sur le développement commercial aux États-Unis et en Asie du Loramyc/Oravig (miconazol Lauriad), qui est pour le moment le seul de ses médicaments à générer des ventes. Il est indiqué dans le traitement de la candidose oropharyngée chez l'adulte. Outre-Atlantique, BioAlliance a décidé de reprendre l'intégralité des droits de commercialisation du produit, ainsi que son autorisation de mise sur le marché. L'an dernier, il les avait pourtant octroyés à Vestiq Pharmaceuticals mais ce dernier n'a vraisemblablement pas été à la hauteur. « Vestiq, malgré une équipe compétente, n'avait pas les moyens nécessaires pour permettre une commercialisation réussie et nous avons décidé, d'un commun accord, qu'il était plus favorable pour Oravig que BioAlliance reprenne ses droits pour le confier à un laboratoire qui pourra lui donner la place qu'il mérite », a expliqué Judith Greciet, la directrice générale du laboratoire français. La société est actuellement en discussions avancées avec des partenaires potentiels. « Nous sommes très satisfaits du développement de Loramyc en Asie », a en revanche précisé Judith Greciet. Au Japon, BioAlliance a noué un partenariat avec Sosei en 2011 pour compléter le dossier d'enregistrement du Loramyc. Ce dernier a démarré un essai pivot de phase III en mars 2013, qui devrait être conclu avant la fin de cette année. La soumission du dossier d'enregistrement interviendra quelques mois après, ce qui déclenchera le versement par Sosei « d'un montant significatif de milestones d'étape ». En Chine, BioAlliance a octroyé les droits de commercialisation du médicament à SciClone Pharmaceuticals qui a démarré courant 2013 un programme clinique de phase III. « Ces avancées sont des éléments importants de la stratégie d'extension internationale des licences sur nos deux médicaments de spécialité. L'objectif est de générer des revenus à court et moyen termes au travers de milestones et royalties », a expliqué Judith Greciet. En 2013, le chiffre d'affaires de la société s'est établi à 1,5 M€, provenant essentiellement de l'activité des partenaires commerciaux du Loramyc/Oravig, qui est actuellement vendu en Europe et aux États-Unis. Un chiffre qui devrait être gonflé par la suite, notamment grâce au dynamisme que devraient insuffler ces divers projets sur le développement des programmes.

En 2013, le chiffre d'affaires de la société s'est établi à 1,5 M€, provenant essentiellement du Loramyc/Oravig

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

Publi-Rédactionnel

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

La nouvelle version de l'isolateur VarioSys (PSI-L 2.0) à de quoi séduire : catalyseurs intégrés, cartouches filtrantes (FiPa) à haute efficacité et système SKANFOG breveté. La[…]

08/07/2020 |
Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Plus d'articles