Nous suivre Industrie Pharma

Bénéfices dynamiques de Novartis

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Malgré l'impact défavorable des taux de change et la concurrence avec les génériques, le géant suisse a conclu un exercice 2014 satisfaisant.

Son chiffre d'affaires a atteint 57,9 milliards de dollars (61,1 Mrds €), en croissance de 1 % (+ 3 % à taux de change constants), son résultat opérationnel 10,7 Mrds $ (+ 1 %, + 7 % à taux de change constants) et surtout son bénéfice net affiche un regain de 12 %, voire même de 19 % à taux de change constants, à 10,3 Mrds $. Ces résultats sont à comparer avec le portefeuille 2013. En réalité, Novartis présente déjà des comptes scindés en prenant compte la finalisation à venir de la cession de ses vaccins à GSK, celle de sa santé animale à Lilly, l'acquisition de l'oncologie de GSK, et la constitution d'une coentreprise avec le géant britannique pour leur produits OTC (CPH n°674). Novartis présente ainsi un bilan distinct de ses activités poursuivies, qui regroupent les divisions Pharmacie (mais sans l'oncologie de GSK ni les données de la future coentreprise dans les OTC), Alcon (soins des yeux) et Sandoz (génériques). Lesquelles ont enregistré un chiffre d'affaires total de 52,2 Mrds $ en 2014, en progression de 1 % sur un an. La division Pharmacie affiche des ventes de 31,8 Mrds $. Soit un déclin de 1 % en grande partie à cause d'un impact de 7 % lié aux génériques, mais contré par des volumes et des prix en hausse (respectivement + 7 % et + 1 %). Les produits de croissance du laboratoire ont généré à eux seuls des ventes de 13,7 Mrds $ en un an, en progression de 17 %. Alcon affiche des ventes en croissance de 3 %, à 10,8 Mrds $. Sandoz voit ses ventes croître de 4 %, à 9,6 Mrds $, grâce notamment à son positionnement dans les biosimilaires. Pour 2015, Novartis se pose des questions sur l'impact des taux de change, principalement avec la remontée du franc suisse. Le groupe table sur une croissance à un chiffre, ce qui est valable pour chacune de ses divisions.

Feu vert sous conditions de l'UE

La Commission européenne a donné son feu vert, sous conditions, aux opérations de cession et d'acquisition entre Novartis et GSK (CPH n°674). Pour les vaccins, qui iront chez GSK, et les OTC qui seront mis en coentreprise, l'UE demande notamment à GSK d'accorder une licence perpétuelle, exclusive et mondiale pour le Nimerix et la cession du Nemevax, tous deux contre la méningite, ou encore la cession par GSK de certains produits contre le sevrage tabagique, le rhume, la grippe ou encore la douleur. Pour l'acquisition de l'oncologie de GSK, l'engagement de Novartis de céder certains traitements en développement clinique a suffi à la Commission européenne pour accorder son feu vert.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

Publi-Rédactionnel

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

La nouvelle version de l'isolateur VarioSys (PSI-L 2.0) à de quoi séduire : catalyseurs intégrés, cartouches filtrantes (FiPa) à haute efficacité et système SKANFOG breveté. La[…]

08/07/2020 |
Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Plus d'articles