Nous suivre Industrie Pharma

Aventis va céder 1,5 Mrd d'euros de produits non stratégiques

Sujets relatifs :

,
Malgré la présentation d'un bilan 2003 positif, Igor Landau, président du directoire d'Aventis, a dû dévoiler avec un peu d'avance des projets pour prouver que son groupe a les moyens de faire cavalier seul. Ainsi, Igor Landau a fait état du programme Carve-out, correspondant à la cession partielle d'un portefeuille de produits non stratégiques, représentant 1,5 Mrd ¤ de chiffre d'affaires. Ces produits, dont la liste exacte n'a pas été révélée, sont des médicaments vieillissants qui font les frais de la concurrence des génériques ou du durcissement des politiques de santé. L'originalité du programme est qu'Aventis entend les céder en bloc, en créant une nouvelle société dont il conservera 49 % des parts. Selon Igor Landau, il s'agit d'un nouveau business model, intermédiaire entre les grands groupes pharmaceutiques et les sociétés de génériques. Des infrastructures (c'est-à-dire des sites) et des effectifs seront transférés dans cette nouvelle société qui pourra prétendre à une place de numéro 8 en Europe. « C'est une nouvelle aventure industrielle qui s'ouvre », estime Igor Landau qui est encore en cours de négociation sur ce projet. Actuellement en déclin, l'Allegra ne devrait pas faire partie du package, car il est encore le premier médicament du groupe avec un chiffre d'affaires 1 736 M¤ en 2003. En revanche, aux Etats-Unis, Aventis devrait opter pour un partenariat ou la vente d'une licence. En termes d'actifs non stratégiques, Igor Landau doit encore « régler le cas de Rhodia, ou ce qu'il en reste ». Grâce à la Commission, la cession de ses 15 % de participation a pu être repoussée de quelques mois, en espérant que le titre finira par remonter. Elle devrait néanmoins être bouclée dans l'année. Autre annonce, Aventis entend créer une division dermatologie à part entière. Le groupe réalise déjà 377 M d'euros dans ce domaine à travers sa filiale Dermik, mais il semble qu'il détienne maintenant un produit en or avec Sculptra. Ce produit dont le potentiel est à plus de 1 Mrd ¤ de chiffre d'affaires est en fait destiné à concurrencer en direct le Botox dans l'effacement des rides. Son approbation est attendue dans les cinq à six mois à venir et le lancement devrait intervenir dans la foulée avec un potentiel considérable, notamment sur les marchés américain et brésilien. Enfin, Igor Landau s''est largement exprimé sur l'offre non sollicitée de Sanofi-Synthélabo. « Nous rejetons fermement l'offre de Sanofi. C'est une offre inadéquate en termes de valeur et qui est même ridicule », a déclaré Igor Landau. Le président du directoire met en garde les investisseurs en rappelant que Sanofi n'apporte pas d'argent frais, mais des actions, c'est-à-dire du papier. Or personne ne sait ce que vaudra l'action Sanofi dans quelques mois avec les menaces de génériqueurs sur Plavix et Ambien et la vente des 24 % détenus par Total qui risque de tirer le titre à la baisse. En conséquence, la priorité d'Aventis semble aujourd'hui de défendre son indépendance. Mais le groupe ne néglige aucun autre scénario, notamment des regroupements avec des acteurs de plus grande taille que Sanofi « présentant plus d'opportunités que de risques ». Le scénario d'un regroupement avec Sanofi-Synthélabo n'est pas pour autant exclu dans l'hypothèse d'un relèvement de l'offre. « En tant que dirigeants d'Aventis, nous sommes rémunérés pour présenter des faits. La décision finale reviendra à nos actionnaires », a conclu Igor Landau. S.L.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles