Nous suivre Industrie Pharma

Astellas affiche ses ambitions en France

A.D.

Sujets relatifs :

, ,

La filiale française du groupe japonais vise un chiffre d'affaires de 200 millions d'euros dans l'Hexagone en 2013. Astellas France qui enregistre en moyenne une croissance annuelle de 7 % depuis 5 ans, devrait connaître « un pic très clair en 2014-2015, lié en particulier au lancement de Xtandi » (enzalutamide), selon Patrick Errard, directeur d'Astellas France, cité par l'AFP. Ce traitement du cancer de la prostate métastatique a reçu une AMM européenne le 24 juin et devrait apporter à Astellas « une croissance très significative », souligne le dirigeant. La France fait partie des trois premières filiales européennes (avec la Russie et le Royaume-Uni) du groupe japonais formé en 2005 avec la fusion de Fujisawa et Yamanouchi. Astellas France compte 260 employés, dont une centaine au siège à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) et le reste en régions pour « la promotion et l'information médicale », selon le groupe. La croissance attendue devrait être accompagnée d'une augmentation des effectifs de 9 % cette année, après avoir été de 39 % ces cinq dernières années. Dans l'Hexagone, les ventes sont portées par Prograf (tacrolimus) et Advagraf (tacrolimus) qui totalisent 90 M€ de ventes pour la période 2012-2013 arrêtée en mars dernier. La filiale française est active dans la R&D avec la supervision de plus de 20 études cliniques ces trois dernières années.

Un partenariat de recherche

 

Le laboratoire japonais investit, en R&D, 18,1 % de son chiffre d'affaires total de 1 006 Mrds ¥ (7,94 Mrds €) pour 2012-2013. Astellas compte ainsi plus de 45 molécules en phase d'essais clinique dont plus de 10 dans le domaine de l'oncologie. Cette recherche se fait au sein de ses neuf centres internationaux de recherche mais aussi à travers des acquisitions et des partenariats. Astellas a notamment signé le 25 juin un accord de collaboration avec Cytokinetics pour la recherche, le développement et la commercialisation d'activateurs du muscle squelettique. Astellas aura les droits exclusifs de développer et commercialiser les candidats médicaments issus des recherches menées conjointement. De plus, le laboratoire japonais possédera une licence exclusive de co-développement et de commercialisation du candidat CK-2127107 (un activateur rapide de troponine squelettique, pour une application potentielle dans des indications non-neuromusculaires) de l'Américain dans certaines indications. Selon les termes de cet accord, Cytokinetics recevra environ 40 M$ (30,7 M€) pendant les deux premières années de collaboration. L'entreprise américaine pourrait recevoir ensuite 450 M$ en paiements d'étapes et royalties.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Le magazine Basta ! et son Observatoire des multinationales ont dénoncé, le 13 novembre, pas moins de 14 millions de liens d'intérêts entre les laboratoires pharmaceutiques et les professionnels de santé -[…]

19/11/2018 | PharmaEnquêtes
Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Plus d'articles