Nous suivre Industrie Pharma

Aspen va investir 100 M€ en France

Laura Hendrikx

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe pharmaceutique sud-africain va investir 100 millions d'euros dans son site de Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime) sur les trois années à venir. Ce qui lui permettra de diversifier sa production et d'augmenter sa compétitivité.

C'est le premier investissement de cette ampleur pour le site de Notre-Dame-de-Bondeville (Seine-Maritime), spécialisé dans la mise sous forme pharmaceutique de produits stériles injectables (seringues préremplies). Depuis qu'il a acheté ce site au Britanique GlaxoSmithKline en 2014, Aspen y a investi 60 millions d'euros. Le groupe passe désormais au niveau supérieur en annonçant un investissement de 100 M€ sur les trois prochaines années. Un beau cadeau d'anniversaire pour son site normand, qui fête ses 50 ans cette année. L'investissement se décompose en trois projets. Le plus gros, d'un montant de 65 M€, sera consacré à la construction d'un bâtiment intégrant cinq lignes de fabrication d'anesthésiques. Ce qui marque la diversification du site, jusqu'à présent consacré à la production d'anti-thrombotiques. En 2016, le groupe sud-africain a mis la main sur le portefeuille de produits d'anesthésie de l'Anglo-Suédois AstraZeneca (CPH n°764), et envisage désormais de rapatrier à Notre-Dame-de-Bondeville une partie de la production qui se fait actuellement en Suède et en Australie. Ce qui permettra au site normand d'ajouter une aire thérapeutique supplémentaire à sa production. La première pierre du nouveau bâtiment a été posée le 17 mai, pour un démarrage de la production en 2021. Le 17 mai marque également l'inauguration d'un atelier de production de la certoparine, un principe actif anti-thrombotique. Cet atelier a fait l'objet d'un investissement de 10 M€, et produira 45 lots par an. Les 25 M€ restants seront, quant à eux, consacrés à la construction d'une troisième ligne de remplissage de seringues très haute cadence, d'une capacité de 170 millions d'unités par an. Les premiers lots de validation seront produits en 2020. Au total, ces investissements permettront au site d'augmenter sa capacité de production de 210 millions de seringues par an à 480 millions. Le groupe prévoit d'embaucher 100 nouveaux salariés sur ce site, qui emploie déjà 750 personnes. Il s'agira majoritairement d'emplois techniques et de production.

Investir dans la « supply chain » pour augmenter la compétitivité

« Il y a une vraie volonté de développer le site de Notre-Dame-de-Bondeville », a déclaré Jean-Charles Rousset, directeur général d'Aspen Notre-Dame-de-Bondeville, qui évoque un « niveau d'investissement extrêmement important ». Un investissement qui ne fait pourtant pas figure d'exception : la semaine dernière, le groupe a inauguré une nouvelle unité de production de cytotoxiques sur son site de Port-Elizabeth (Afrique du Sud), pour laquelle il a déboursé 68 M€. La politique d'Aspen est d'investir massivement dans ses sites industriels, notamment dans la « supply chain ». « C'est un vrai avantage compétitif pour le groupe », souligne Jean-Charles Rousset. L'investissement de 100 M€ à Notre-Dame-de-Bondeville permettra en effet au site d'atteindre une taille critique, et donc d'augmenter sa compétitivité. Selon Jean-Charles Rousset, il s'agit d'un site stratégique, de par sa taille mais aussi par les produits qu'il fabrique. Il est en effet spécialisé dans la production d'anti-thrombotiques, qui représentent au total 17 % du chiffre d'affaires global du groupe. Sur l'exercice 2016-2017, ce dernier s'élevait à 2,8 Mrds €. Une autre particularité de ce site réside dans le fait qu'il s'agit à la fois d'un site de chimie, qui produit des principes actifs, et d'un spécialiste du remplissage aseptique pour la production d'injectables. Aspen Notre-Dame-de-Bondeville fabrique deux principes actifs et cinq produits. Chaque année, 92 % de la production du site est envoyée à l'international.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Covid-19 : Les États-Unis prêts à payer 1 250 $ par dose pour le traitement de Lilly

Covid-19 : Les États-Unis prêts à payer 1 250 $ par dose pour le traitement de Lilly

Le gouvernement américain a commandé 300 000 doses du bamlanivimab développé par le laboratoire américain pour un total de 345 M$. Eli Lilly a conclu un accord avec le gouvernement américain pour la[…]

Covid-19 : Novartis collabore avec Molecular Partners pour un traitement antiviral potentiel

Covid-19 : Novartis collabore avec Molecular Partners pour un traitement antiviral potentiel

Covid-19 : Le remdesivir autorisé par la FDA

Covid-19 : Le remdesivir autorisé par la FDA

Bayer met la main sur Asklepios BioPharmaceutical pour 4 Mrds $

Bayer met la main sur Asklepios BioPharmaceutical pour 4 Mrds $

Plus d'articles