Nous suivre Industrie Pharma

Aspen investit sur le site de Notre-Dame de Bondeville

C.B.

Sujets relatifs :

, ,

Pour répondre aux nouvelles exigences en terme d'asepsie, Aspen investit sur son site industriel de Notre-Dame de Bondeville (Seine-Maritime), spécialisé dans la mise sous forme pharmaceutique de produits stériles injectables (seringues préremplies) notamment pour le traitement de la thrombose. Ces investissements ont en partie été à la charge du Britannique GSK, qui restait propriétaire du site jusqu'à l'année dernière suite à la reprise par Aspen en 2014. Le 19 octobre, une ligne de remplissage de seringues préremplies haute cadence (36 000 seringues/heure) appelée « Stromboli » a été inaugurée. Un investissement de 38 M€ qui doit, à terme, remplacer le bloc stérile actuel du site industriel. « L'activité de production de cette nouvelle ligne haute cadence a démarré en septembre avec une montée en cadence progressive attendue d'ici à la fin de l'année », a indiqué Aspen. Cette nouvelle ligne, qui devrait produire 50 millions de seringues en 2016, vient s'ajouter à celle déjà existante (« Etna »), d'une capacité de 24 000 seringues/h. À elles deux, ces lignes représenteront une capacité annuelle de 190 M/an de seringues, selon les syndicats. D'autres investissements doivent également voir le jour dans les années à venir : un laboratoire additionnel de contrôle (6,3 M€), qui remplacera celui existant et l'évolution technologique de l'atelier de matière première, Nadroparine (2,8M€). Le laboratoire, dont les travaux devraient être finalisés en novembre de l'année prochaine, doit s'étendre sur trois niveaux (2 500 m2). Le transfert des activités analytiques est prévu dès le premier trimestre 2017. La CFE-CGC s'est réjouie de ces investissements « qui apportent au site des perspectives d'avenir » mais reste concentrée « sur le reclassement en interne des salariés du bloc stérile actuel ». Par ailleurs, le syndicat a tenu à avertir qu'avec ces investissements en France et ceux effectués en Afrique du Sud (le lancement d'une ligne haute cadence à Port Elisabeth d'une capacité de 60 000 seringues/h), le groupe Aspen « disposera de capacités de production bien au-delà des volumes actuels que représentent les deux seuls produits antithrombotiques, Fraxiparine et Arixtra ». Au total, la capacité future s'élèvera à 400 M/an de seringues contre 150 M/an aujourd'hui a soulevé le syndicat. « Le point critique demeure la recherche de nouveaux volumes de médicaments afin d'alimenter l'ensemble de ces lignes, soit en optimisant les forces commerciales sur les produits actuels, soit en passant des contrats de sous-traitance avec des laboratoires tiers » a souligné la CFE-CGC. Un sujet que le syndicat juge aujourd'hui déterminant pour l'avenir du site, qui possède à ce jour cinq lignes de production de seringues injectables stériles, deux ateliers d'API, et qui emploie 750 salariés.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Le géant pharmaceutique français a annoncé de bons résultats pour l'exercice 2016/2017, et ce malgré une baisse des ventes en France. Pour l'exercice 2016-2017, le chiffre d'affaires de Servier[…]

05/03/2018 | ServierActualités
Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Feu vert de la FDA pour trois sites de production de Novasep

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Le LFB triplera les capacités de son site d'Alès d'ici à 2017

Plus d'articles