Nous suivre Industrie Pharma

Aspen courtise le portefeuille de GSK et son usine normande

Akela Sophia

Sujets relatifs :

,
Aspen courtise le portefeuille de GSK et son usine normande

Remplissage des seringues de Fraxiparine à Notre-Dame-de-Bonneville.

© © GSK

Le groupe pharmaceutique anglais GlaxoSmithKline a présenté le 18 juin l'offre de rachat de ses activités dans le domaine de la thrombose, proposée par le groupe pharmaceutique sud-africain Aspen. Spécialiste entre autres des médicaments génériques, principalement sous formes sèches et sur les marchés des pays émergents, Aspen souhaite ainsi élargir son offre à des produits stériles injectables, une gamme de médicaments dont il ne dispose pas encore, en s'appuyant sur un site industriel au savoir-faire confirmé. En l'occurrence celui de GSK à Notre-Dame de Bonneville (Seine-Maritime), qui recense 700 salariés. L'acquisition lui permettrait également de continuer son implantation en Europe. Le groupe a en effet déjà racheté il y a quatre ans à Bad Oldesloe, en Allemagne, une usine GSK de 350 salariés spécialisée dans des produits sous formes sèches. De son côté, GSK, qui détient 18 % d'Aspen, « confirme avec cette vente sa stratégie de se concentrer davantage sur des médicaments à fort potentiel de croissance et de préparer l'arrivée des nouveaux médicaments issus de sa recherche et développement », indique Jean-Yves Lecoq, porte-parole du groupe.

Techniquement, l'offre d'Aspen prévoit que le transfert juridique des activités commerciales de GSK relatives au traitement de la thrombose, s'effectue à la fin de l'année 2013. Elles représentent environ 200 personnes et ont généré des ventes de 420 millions de livres (491,6 M€) en 2012. Quand au transfert du site de production normand, il se déroulerait au deuxième trimestre 2014. Ces transferts devraient s'effectuer sans perte d'emplois, Aspen ayant une réelle volonté de déploiement dans les anti-thromboses pour lesquels il disposera d'ailleurs en 2014 d'une capacité augmentée. Une nouvelle chaîne de remplissage de seringues va en effet être construite sur le site. Un investissement de 35 M€ qui augmentera significativement les capacités de l'usine, dont la production a atteint 145,5 millions d'unités en 2012, 85 % du total ayant été exporté. De leur côté, surpris, les salariés de l'usine s'inquiètent de ce projet dont ils ne comprennent pas la finalité. La direction de GSK leur a en effet toujours indiqué que leur site était stratégique et que les investissements régulièrement réalisés étaient gages de pérennité dans le groupe.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Enquête exclusive : 210 sites de production pharmaceutique en France

Qui sont ces industriels qui produisent des boites de médicaments en France ? Ou sont-ils implantés ? Que produisent-ils exactement ? Industrie Pharma publie chaque année une enquête sur les sites de production,[…]

01/04/2019 | FaçonnageENTREPRISES
Capsugel se développe en Europe et aux États-Unis

Capsugel se développe en Europe et aux États-Unis

Boehringer supprimerait 178 postes en France

Boehringer supprimerait 178 postes en France

Servier veut s'emparer  de 100 % du capital d'Egis

Servier veut s'emparer de 100 % du capital d'Egis

Plus d'articles