Nous suivre Industrie Pharma

Amgen s'implante au Brésil grâce au rachat de Bergamo

Julien Cottineau
Amgen s'implante au Brésil grâce  au rachat de Bergamo

Amgen est tourné vers les médicaments fortement innovants.

© © Amgen

LE GROUPE AMÉRICAIN S'OFFRE UN TICKET D'ENTRÉE SUR LE MARCHÉ BRÉSILIEN AVEC LE RACHAT DE BERGAMO, UN SPÉCIALISTE DE L'ONCOLOGIE.

L'un des objectifs déclarés du laboratoire en 2011 est d'accélérer son entrée sur les marchés en forte croissance. Amgen, qui souhaite étendre sa présence de 50 à 75 pays d'ici 2015, vise en premier lieu les marchés pharmaceutiques russe, turc, mexicain et brésilien. C'est chose faite au Brésil. Le groupe américain spécialiste des biotechnologies s'offre un ticket d'accès direct au marché brésilien via l'acquisition de Bergamo, un laboratoire spécialiste des produits oncologiques et comptant parmi les leaders sur le marché hospitalier au Brésil. Amgen a déboursé 215 millions de dollars (149 M€) pour s'emparer du contrôle de cette société qui a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de 80 millions de dollars. Surtout, depuis 2007, Bergamo affiche une très attractive croissance moyenne de 19 %, selon le laboratoire américain. Soit plus que la croissance du dynamique marché brésilien (12 %), qui compte parmi le top 10 des marchés pharmaceutiques mondiaux et qui est appelé à se positionner n°5 mondial dès 2015, toujours selon Amgen. L'opération va aussi permettre au groupe américain de renforcer son dispositif industriel mondial en mettant la main sur une unité de production dans l'État de São Paulo, alors qu'il ne produit aujourd'hui qu'aux États-Unis (six sites de production, dont un à Porto Rico). En parallèle, Amgen a également repris la main sur plusieurs de ses médicaments au Brésil. Le laboratoire a conclu un accord de principe avec Hypermarcas, un groupe brésilien qui avait acquis Mantecorp, autre groupe local à qui Amgen avait initialement cédé ces produits pour le marché brésilien. Les détails de la rétrocession n'ont pas été divulgués. Amgen a en tout cas récupéré les droits de deux produits oncologiques déjà approuvés au Brésil : Vectibix (panitumumab) dans le traitement du cancer colo-rectal et Mimpara (cinacalcet, un médicament indiqué en endocrinologie). Ainsi qu'un troisième, romiplostim, dont le dossier d'autorisation de mise sur le marché est à l'étude par les autorités sanitaires brésiliennes. Ce médicament est indiqué dans le traitement d'un désordre sanguin, en l'occurrence du purpura thrombopénique idiopathique (PTI) auto-immune chronique.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Servier collabore avec un institut singapourien

Servier collabore avec un institut singapourien

Le laboratoire français a conclu trois accords de partenariat avec le Singapour immunology network (Sign), un institut de recherche public de Singapour qui fait partie de l'Agence pour la science, la technologie et la recherche (A*Star). Via[…]

01/10/2013 | Biotechnologies
Stanipharm

Stanipharm

AstraZeneca investit 26 M€

AstraZeneca investit 26 M€

Bayer vise 1,3 Mrd € de ventes en Russie en 2017

Bayer vise 1,3 Mrd € de ventes en Russie en 2017

Plus d'articles