Nous suivre Industrie Pharma

Alzprotect s'implique dans deux nouveaux projets collaboratifs

J.B.

Sujets relatifs :

, ,

Les points clés des projets

PharmaCog :

- Coordonné par GlaxoSmithKline et l'université de la Méditerranée à Marseille, cinq PME, onze grands laboratoires pharmaceutiques, et douze universités

- Budget pour cinq ans : 20 M, dont 9 de l'IMI et 11 de l'EFPIA.

Medialz :

- Coordonné par la société Genoscreen et trois équipes de recherche académiques de Lille : l'équipe Inserm "Recherche de déterminants moléculaires des maladies neurodégénératives", l'équipe Inserm "Alzheimer et Tauopathies", et le Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lille-Bailleul (CMRR).

- Budget : 3,5 M, dont près de 2 millions seront financés de la part du FUI et du Conseil Régional Nord-Pas-de-Calais.

Alzprotect s'implique dans deux nouveaux projets collaboratifs

© Alzprotect

La biotech lilloise Alzprotect spécialisée dans le développement de médicaments pour le traitement de la maladie d'Alzheimer, vient d'être sélectionnée par le Fonds Unique Interministériel (FUI) dans le cadre du projet collaboratif Medialz de diagnostic et prise en charge thérapeutique de la maladie d'Alzheimer et syndromes apparentés. Un mois auparavant, Alzprotect annonçait être impliqué dans un autre projet collaboratif de recherche dédié à la maladie d'Alzheimer. La société lilloise a en effet été choisie pour faire partie du consortium européen IMI (Initiative Médicaments Innovants) pour le projet PharmaCog de prédiction des propriétés cognitives de nouveaux candidats-médicaments pour les maladies neurodégénératives en phase de développement clinique précoce. En mai 2009, la société avait également été sélectionnée pour un projet ANR dénommé Alzappim. Ce projet a valu à la société lilloise un prix de l'Université Lille Nord de France en décembre dernier. « Nous avions reçu une subvention de 630 euros pour ce projet de deux ans, indique Philippe Verwaerde, p-dg et directeur scientifique d'Alzprotect. Cette subvention nous permet de financer le développement préclinique de notre molécule phare, l'AZP2006 ».

Une levée de fonds de 1,5 M€ en 2010

Dans le cadre de ces deux nouveaux projets (PharmaCog et Medialz), les financements obtenus (respectivement de 300 000 et 444 000 euros) permettront à Alzprotect de valider un nouveau biomarqueur issu de la recherche d'André Delacourte, co-fondateur de la société. Ce biomarqueur permettrait la détection et le suivi de l'évolution de la maladie d'Alzheimer par simple prise de sang. Les financements lui permettront également de poursuivre ses programmes de développement. Notamment celui de l'AZP2006 qui devrait entrer en phase I dès la fin 2011. Par ailleurs, Alzprotect évaluera de nouvelles cibles via sa plateforme technologique dédiée à la maladie d'Alzheimer.

Issue de la collaboration entre les équipes d'André Delacourte, l'un des pionniers de la recherche sur la maladie d'Alzheimer en France, et de Patricia Melnyk, experte en chimie médicinale, Alzprotect a été bioincubée au sein du parc Eurasanté et a été créée en novembre 2007. Depuis, l'effectif est passé à sept personnes, et une 8e est en cours de recrutement. Alzprotect a réalisé une première levée de fond de 800 000 euros en 2008. « Et nous cherchons à lever 1,5 M€ supplémentaire d'ici à la fin 2010 pour financer les phases I de notre produit phare, indique Philippe Verwaerde. La société démarre également le développement d'un second produit pour lequel nous négocions les droits d'exploitation. Nous devrons réaliser une nouvelle levée de fonds pour le financement des phases II si elles se font en interne ». Mais, Alzprotect pourrait valoriser ses molécules sous forme de licence dès la phase II. « Nous sommes en contact avec plusieurs sociétés pharmaceutiques », ajoute-il, sans pouvoir en dévoiler plus.

 

 

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles