Nous suivre Industrie Pharma

Aguettant lance le chantier de Gerland 2

A Lyon, Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

,
Aguettant lance le chantier de Gerland 2

Inauguration de Gerland 2. De gauche à droite : Jean-Pierre Flaconnèche, maire du 7e arrondissement ; Sébastien Aguettant, président du conseil de surveillance d'Aguettant ; Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon et président du Grand Lyon ; Isabelle David, sous-préfète secrétaire générale de la préfecture du Rhône ; Eric Rougemond, président du directoire d'Aguettant ; Thierry Braillard, député de la 1e circonscription du Rhône.

© © CH. Ganet

Le laboratoire familial lance un investissement de 30 millions d'euros pour transférer sa production sur un tout nouveau site industriel dans le quartier du biopôle (Lyon-Gerland). Opérationnel mi-2015, il permettra à Aguettant de se lancer à l'assaut du marché international.

« Gerland 2 » est le nom du site industriel que le groupe Aguettant est en train de construire à Lyon (7e arrondissement). La première pierre a été posée le 4 juillet dernier, en présence du nouveau président du directoire Eric Rougemond, du président du conseil de surveillance et descendant du fondateur, Sébastien Aguettant, et de Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon.

Pour un montant de l'ordre de 30 millions d'euros, si l'on inclut les dépenses d'équipements (22 M€ hors process), le groupe pharmaceutique familial disposera mi-2015, après construction, aménagement et qualification, d'un tout nouveau site de production qui lui permettra d'accéder à des normes de qualité compatibles avec les exigences des marchés pharmaceutiques internationaux, en particulier du marché nord-américain. Cet investissement, financé par de l'endettement, traduit l'engagement fort de la famille Aguettant, actionnaire de l'entreprise depuis 1855, qui souhaite pérenniser son capital sur le long terme.

Ce nouveau site sera construit juste à côté du site lyonnais déjà existant, sur un terrain qui appartenait à la ville de Lyon. Il a longtemps abrité la plateforme logistique d'Aguettant qui a été déménagée à Saint-Fons en 2006, avant d'être démolie en février 2013. « La pose d'une première pierre d'une nouvelle usine est un peu rare par les temps que nous connaissons dans notre pays », a souligné Gérard Collomb, rappelant toutefois que la mise en place il y a cinq ans d'un plan stratégique autour de Lyon biopôle permet à l'agglomération lyonnaise d'attirer plus qu'ailleurs des investissements dans les sciences de la vie.

Dans le détail, Eric Rougemond explique que le site Gerland 2 abritera un nouveau siège (2000 m2), la production (5800 m2 contre 8500 m2 pour Gerland 1) et un laboratoire de R&D (1000 m2 contre 500 m2). « D'un point de vue industriel, le nouvel outil de production favorisera la mise en place de productions à tailles de lots réduites et à délais courts et d'une nécessaire proximité entre production et R&D », explique le groupe. Toutes les anciennes lignes de production seront transférées, à l'exception d'une ligne de remplissage de poches de perfusion de 3 litres qui partira à Champagne en Ardèche, dans le second site de production du laboratoire. Du coup, Champagne bénéficiera d'un investissement de 1 M€. Gerland 2 va donc se redéployer sur des productions de plus petits volumes (d'où la baisse de surface de la production), avec des lignes existantes. Elles n'auront cependant rien de vétuste car depuis 3 ou 4 ans, le laboratoire s'emploie à renouveler son parc machine. Une toute nouvelle ligne de remplissage aseptique d'ampoules sous isolateur viendra renforcer ce parc. Christophe Deycard, directeur industriel, explique que cette ligne sera destinée à des produits qui ne supportent pas la stérilisation terminale à chaud. A Gerland, toutes ces transformations s'effectueront à effectif constant. Le site adoptera également le principe de « la marche en avant » avec un enchaînement des opérations de préparation, remplissage, stérilisation puis conditionnement et expédition, sans retour en arrière. Les avantages étant : moins de déplacements, de flux directs sans stockages intermédiaires, des temps de cycles courts. Les palettes de bois seront également éliminées du périmètre de production.

Interrogé sur cette nouvelle dynamique donnée au laboratoire familial, Sébastien Aguettant explique que c'est le changement de génération et d'équipe managériale qui en est à l'origine. Son oncle Ariel Aguettant lui a cédé les rênes du conseil d'administration en 2009 tandis qu'Eric Rougemond a succédé à Michel Fasné cette année. « Chaque génération apporte sa contribution », explique Sébastien Aguettant (membre de la 6e génération). La génération de son oncle a contribué à la construction de la plateforme de Saint-Fons, alors que celle de son grand-père était à l'origine du site de production de Champagne.

Outre la construction de Gerland 2, il faudra aussi mettre à l'actif de la génération de Sébastien Aguettant le rachat de la start-up grenobloise PX'Therapeutics, qui est une CMO (Contract manufacturing organisation) spécialisée dans la bioproduction. Cette société de biotechnologie produit à façon des protéines recombinantes ou anticorps monoclonaux pour des tiers, bien loin des métiers d'Aguettant. Derrière toutes ces opérations, il y a aussi la volonté d'amener le laboratoire sur le marché mondial. Aujourd'hui, la proportion de chiffre d'affaires réalisé entre la France et l'international est de 75/25. « Nous souhaitons inverser ce ratio. Nous sommes leader de l'injectable à l'hôpital en France. Nos produits sont suffisamment innovants pour intéresser l'international », estime Eric Rougemond. Dès 2016, les effets de cette internationalisation devraient se faire sentir.

Pour cela, Aguettant va devoir étoffer son portefeuille de produits, en s'appuyant sur sa technologie brevetée de seringue préremplie en plastique lancée il y a deux ans. Ce dispositif qui a la particularité de résister à des stérilisations terminales est déjà proposé pour l'administration d'éphédrine. Sa commercialisation démarre pour l'administration d'atropine et dans les deux ou trois ans à venir, cette technologie devrait bénéficier à d'autres molécules telles que la phényléphrine ou l'adrénaline, ainsi qu'à l'administration d'oligoéléments tels que le zinc, le magnésium ou le sélénium, proposés seuls ou en association pour pallier des carences alimentaires. « Nous capitalisons pleinement sur cette seringue préremplie », confirme le dirigeant.

Et pour étoffer encore ce portefeuille, Aguettant pourrait engager des opérations de croissance externe. « L'acquisition de produits est un axe stratégique de notre développement », confirme Eric Rougemond qui se donne à peine deux ou trois années pour transformer Aguettant en un acteur mondial de la pharmacie.

AGUETTANT EN BREF

1903 : date de création

92 millions d'euros : chiffre d'affaires consolidé au 31 mars 2013

500 : nombre de salariés

3 sites industriels : Gerland (69), Champagne (07), Saint-Fons (69)

25 % : part du chiffre d'affaires à l'international

3 : nombre de filiales (Asie, Royaume-Uni, Belgique)

Domaines thérapeutiques : anesthésie-réanimation, micronutriments essentiels, neurologie


PX'THERAPEUTICS NE S'INSTALLERA PAS À GERLAND 2

« En octobre 2012, Aguettant a fait l'acquisition de PX'Therapeutics avec un double objectif : doter PX'Therapeutics de moyens accrus pour son développement et doter Aguettant d'une expertise nouvelle dans les protéines recombinantes. PX'Therapeutics dispose de capacités de production intéressantes mais limitées. Nous réfléchissons actuellement à la façon d'augmenter ses capacités de production. Gerland 2 n'a pas vocation à accueillir des bioréacteurs et de la bioproduction. En revanche, nous souhaitons développer les capacités à Grenoble ou ailleurs. Je viens de prendre la présidence de PX'Therapeutics pour mener cette réflexion, à la suite du départ de son fondateur Tristan Rousselle qui a exprimé sa volonté de mener d'autres projets. La France est un acteur historique dans le milieu pharmaceutique et le « made in France » séduit dans ce domaine. En revanche, elle a raté le virage de la bioproduction. Avec PX'Therapeutics qui dispose de capacités de bioproduction GMP, nous souhaitons, à notre niveau, participer à cette mutation », selon Eric Rougemond, président du directoire d'Aguettant.


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Production : Itinéraire d'un radiotraceur, du cyclotron à l'hôpital

Production : Itinéraire d'un radiotraceur, du cyclotron à l'hôpital

Il y a un an, le CHU Henri Mondor de Créteil s'est doté d'une nouvelle machine d'imagerie médicale, la TEP/IRM. Une technologie qui nécessite l'usage de médicaments radiopharmaceutiques dont la[…]

Antidiabétiques : Merck KGaA continue d'investir à Semoy

Antidiabétiques : Merck KGaA continue d'investir à Semoy

Stratégie : Wacker veut peser dans la bioproduction

Stratégie : Wacker veut peser dans la bioproduction

Upsa veut faire durer l'effervescence à l'export

Upsa veut faire durer l'effervescence à l'export

Plus d'articles