Nous suivre Industrie Pharma

Adocia prépare son entrée en phases cliniques

Juliette Badina

Sujets relatifs :

, ,

Du nom d'une éponge marine qui possède une capacité spectaculaire à se régénérer, la société Adocia poursuit le développement de thérapies en médecine régénérative pour le traitement de l'ostéoporose et d'autres affections de l'os. Cette société de biotechnologies lyonnaise fondée en 2005 se base sur sa plateforme BioChaperone de délivrance de protéines thérapeutiques. Adocia a déjà réalisé deux levés de fonds. La première en 2007 qui lui a permis de lever 12 millions d'euros auprès d'AGF Private Equity, SGAM (Générale Asset Management), Bioam, Vivéris et de deux investisseurs privés. La deuxième en début d'année avec la participation du fonds Innobio ; de Sham et des investisseurs historiques. Créé fin 2009, le fonds Innobio a ainsi réalisé son premier investissement en janvier, à hauteur de 6 M€. Ces nouveaux financements vont permettre à la société lyonnaise de lancer ses premières études cliniques en 2010. Pour le traitement de l'ulcère du pied diabétique d'une part, et pour l'évaluation de l'insuline humaine à action humaine d'autre part. Par ailleurs Adocia travaille sur un projet de régénération des os ostéoporotiques. Le projet, d'un budget total de 4,5 M€, a reçu un financement de 2,2 millions de la part d'Oséo.

À la recherche de partenaires

Sur la base des premiers résultats, la société a établi cinq collaborations dont trois avec des leaders mondiaux des dispositifs médicaux et deux avec des groupes leaders en biopharmacie. « Notre modèle économique consiste à générer des preuves de concept pour ses produits puis à les licencier afin de générer des revenus, indique Gérard Soula, président et fondateur de la société. Dans un deuxième temps, nous cherchons à étendre l'application de ses produits à de nouvelles indications thérapeutiques ».

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles