Nous suivre Industrie Pharma

Adocia fait de l'oeil à Lilly

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

L'Américain Lilly se muscle dans le domaine du diabète. Il s'est rapproché en fin d'année du Français Adocia et de l'université de Surrey.

La société lyonnaise de biotechnologies s'est alliée à un acteur pharmaceutique de taille. Adocia a conclu fin décembre un accord de licence avec le géant américain Eli Lilly, portant sur le développement d'une insuline ultrarapide. Appelée BioChaperone Lispro, celle-ci est actuellement en étude clinique de phase Ib pour le traitement des patients atteints de diabète de types 1 et 2. Elle repose sur la technologie BioChaperone d'Adocia qui vise à améliorer l'efficacité des protéines thérapeutiques. Cette collaboration pourrait rapporter gros au laboratoire français, puisqu'il pourrait empocher jusqu'à 570 millions de dollars, ainsi que des redevances sur les futures ventes. Il recevra d'abord un paiement initial de 50 M$, puis pourra percevoir jusqu'à 280 M$ si le produit franchit certaines étapes de développement et réglementaires, et jusqu'à 240 M$ supplémentaires s'il atteint certains objectifs de vente. Lilly remboursera également à Adocia certaines dépenses de R&D pendant la durée du contrat. L'accord comprend aussi une formulation concentrée de BioChaperone Lispro. « Une insuline ultrarapide, en cas d'approbation par les agences réglementaires, pourrait apporter une nouvelle option de traitement importante pour les patients diabétiques de types 1 et 2 », a expliqué Enrique Conterno, président de Lilly Diabetes. BioChaperone Lispro pourrait en effet permettre aux patients diabétiques une plus grande flexibilité du moment d'injection de l'insuline, une plus faible variabilité des élévations de glycémie postprandiales, un plus faible taux d'hypoglycémie et un meilleur contrôle général de la glycémie. Adocia conservera le droit de développer et de licencier ses programmes à base d'insuline non liés à l'insuline prandiale à action ultrarapide.

Lilly collabore avec l'université de Surrey

Toujours dans le domaine du diabète, Lilly a engagé fin décembre un partenariat de cinq ans avec l'université britannique de Surrey. La collaboration visera en particulier à étudier les effets d'un traitement chez des patients souffrant de diabète de type 2. L'objectif étant d'apporter une réponse à diverses questions concernant les soins du diabète, telles que le rôle et le timing des thérapies par injection ou les facteurs impactant l'observance médicamenteuse.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

Publi-Rédactionnel

Maintenant 3x plus rapide avec le nouvel isolateur VarioSys

La nouvelle version de l'isolateur VarioSys (PSI-L 2.0) à de quoi séduire : catalyseurs intégrés, cartouches filtrantes (FiPa) à haute efficacité et système SKANFOG breveté. La[…]

08/07/2020 |
Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Covid-19 : L’Académie de médecine recommande la vitamine D

Servier tiré par l'international

Servier tiré par l'international

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Zydus s'empare de six marques de Merck en Inde

Plus d'articles