Nous suivre Industrie Pharma

Accord stratégique entre Roivant et Poxel

L.H.

Sujets relatifs :

, ,

Les sociétés biopharmaceutiques Roivant et Poxel, respectivement basées à Bâle (Suisse) et Lyon (Rhône), ont signé un accord stratégique de développement et de licence pour l'Imeglimine. Ce candidat médicament par voie orale a été développé par Poxel pour lutter contre le diabète de type 2. Le partenariat concernera les États-Unis, l'Europe et d'autres pays non couverts par le partenariat existant entre Poxel et le Japonais Sumitomo Dainippon Pharma en Asie de l'Est et du Sud-Est. Selon les termes de l'accord, Roivant versera un paiement initial de 35 millions de dollars (environ 28 M€) à Poxel et investira 15 M$ (environ 12 M€) par souscription de 1 431 399 actions ordinaires de Poxel à un cours de 8,50 € par action. Poxel pourra également recevoir des paiements d'étape liés à l'atteinte d'objectifs de développement, réglementaires et de ventes pouvant atteindre 600 M$ (environ 486 M€), sous réserve du succès du développement clinique et de la commercialisation de l'Imeglimine. Une fois le médicament lancé, Poxel percevra des redevances à deux chiffres basées sur les ventes nettes. Roivant assumera les frais de développement et de commercialisation, tandis que Poxel contribuera au programme de développement à hauteur de 25 M$ (environ 20M€). Les deux sociétés pourront convenir d'un accord potentiel de co-promotion avant la commercialisation de l'Imeglimine. « Le programme de phase III TIMES dans le diabète de type 2 est en cours au Japon où la soumission du dossier d'enregistrement est prévue en 2020, et l'Imeglimine est maintenant prête à entrer dans sa dernière phase de développement aux États-Unis et en Europe. En ce sens, 2018 sera une année structurante pour Poxel : nous veillerons à l'avancement du programme TIMES au Japon, travaillerons en partenariat avec Roivant, et accentuerons nos efforts sur le développement de notre portefeuille de produits, aujourd'hui à un stade de développement plus précoce », a déclaré Thomas Kuhn, directeur général de Poxel.

Les phases I et II du développement de l'Imeglimine ont été menées chez 1 200 sujets dans le cadre de 18 essais cliniques aux États-Unis, en Europe et au Japon. Les résultats obtenus étaient statistiquement significatifs pour les critères d'évaluation principaux et secondaires, dont la réduction de l'HbA1C et de la glycémie à jeun versus placebo. Ces résultats présentaient également un profil favorable en termes de sécurité d'emploi. En 2018, les travaux préparatoires du programme de phase III comporteront notamment des études qui auront pour objectif de confirmer le potentiel différencié de l'Imeglimine sur les populations sensibles comme les patients souffrant d'insuffisance rénale. Ces travaux porteront aussi sur la fabrication des unités de traitements utilisées dans le cadre de la phase III, qui devrait débuter aux États-Unis et en Europe en 2019.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

CDMO : GTP Bioways investit 12 M€ à Toulouse

CDMO : GTP Bioways investit 12 M€ à Toulouse

La CDMO va ajouter deux lignes de production à son site toulousain. GTP Bioways, filiale de GTP Technology, a réalisé un investissement de 12 millions d’euros dans son installation de Toulouse (Haute-Garonne), pour[…]

02/11/2021 | BioproductionBiomédicament
Un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Bioproduction

Un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Calipso veut placer la simulation et l’IA aux commandes des bioprocédés

Calipso veut placer la simulation et l’IA aux commandes des bioprocédés

Bioproduction : Clean Cells va investir 13 M€ en France

Investissements en France

Bioproduction : Clean Cells va investir 13 M€ en France

Plus d'articles