Nous suivre Industrie Pharma

abonné

Accord de licence entre Roche et Sarepta Therapeutics

Mathilde Lemarchand
Accord de licence entre Roche et Sarepta Therapeutics

© Roche

Après l’acquisition record de Spark Therapeutics pour la somme de 4,3 milliards de dollars (3,8 Mrds €), Roche conclut l’année 2019 avec un autre investissement dans le segment des thérapies géniques. Cette fois-ci pour un montant plus modeste, qui pourrait tout de même atteindre 2,85 milliards de dollars (2,6 Mrds €).

Pour un montant initial qui dépasse le milliard de dollars, Roche et Sarepta Therapeutics ont annoncé la signature d’un accord de licence, au sujet d’une thérapie génique, le SP-9001. Développée par la biotech américaine, cette thérapie, actuellement en phase II, est indiquée contre la dystrophie musculaire de Duchenne (DMD), une maladie neuromusculaire.

Pour lancer et commercialiser le SRP-9001 en dehors des États-Unis, le laboratoire suisse va ainsi débourser 750 millions de dollars (670 M€) en espèces et jusqu’à 400 millions de dollars (357 M€) en capitaux propres. Par ailleurs, Sarepta est éligible à recevoir jusqu'à 1,7 milliard de dollars (1,5 Mrd €) en paiements d'étapes et redevances sur les ventes. En vertu de l’accord, la biotech continuera d'être responsable du développement clinique et de la fabrication du SRP-9001, les coûts de développement clinique mondiaux étant partagés, à parts égales, avec Roche.

En outre, avec cette transaction le laboratoire suisse s’octroie également une option sur[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

En bref : Sanofi, Mylan-Upjohn et Noxxon

En bref : Sanofi, Mylan-Upjohn et Noxxon

Premier patient pour l’essai du Kevzara Sanofi a annoncé le 30 mars qu’un premier patient, hors États-Unis, a été traité dans le cadre du programme mondial d’essais cliniques évaluant[…]

03/04/2020 | GénériquesSanofi
Covid-19 : Comment les biotechs font face à la crise ?

Covid-19 : Comment les biotechs font face à la crise ?

La Bétadine de Mylan, un geste barrière de plus contre le coronavirus

La Bétadine de Mylan, un geste barrière de plus contre le coronavirus

Genfit poursuit la phase III de l’Elafibranor

Genfit poursuit la phase III de l’Elafibranor

Plus d'articles