Nous suivre Industrie Pharma

Accélération des fusions en 2015

Audrey Fréel

Sujets relatifs :

, ,

Pas de grosses surprises dans la pharma l'année dernière. Les acquisitions à coup de milliards de dollars, la rationalisation des portefeuilles et les restructurations ont une nouvelle fois été légions.

Si 2015 a les mêmes saveurs que 2014, des différences ont toutefois été perceptibles. Les regroupements se sont nettement accélérés l'année dernière. Selon le cabinet Dealogic, les opérations de fusion/acquisition ont atteint quelque 724 milliards de dollars dans la sphère pharmaceutique mondiale. En 2014, le cabinet de conseil EY les estimait à « seulement » 200 Mrds $. Le record de la plus grosse opération de rachat a aussi été battu l'an dernier. Il est détenu par Pfizer et Allergan, avec leur gigantesque fusion à 160 Mrds $. Du jamais vu dans l'histoire de la pharmacie mondiale. Outre le fait de créer un mastodonte de la pharmacie, cette transaction permettrait à Pfizer d'échapper à la fiscalité américaine. Pour cela, il s'est fait racheter par sa cible, tout en conservant une majorité du capital. C'est lui qui signe au final le gros chèque. Un tour de passe-passe compliqué visant à contourner les mesures récemment mises en place par l'administration Obama pour bloquer ce phénomène d'évitement fiscal. Si cette acquisition dépassant les 100 Mrds $ reste un cas isolé, les opérations à plus de 10 Mrds $ se sont multipliées. On peut notamment citer l'acquisition de Pharmacyclics par AbbVie pour 21 Mrds $ ou encore la reprise des génériques d'Allergan par Teva pour 40,5 Mrds $. D'autres ont préféré procéder à des échanges d'actifs très stratégiques, comme Sanofi qui a troqué sa division Santé animale Merial contre les OTC de Boehringer Ingelheim et un paiement de 4,7 Mrds €. Le groupe français tire ainsi un trait sur la santé animale. Certains groupes ont préféré se « débarrasser » d'actifs non stratégiques via des introductions en Bourse. C'est le cas de Baxter, qui s'est séparé de sa division biopharmaceutique. Baptisée Baxalta, elle a fait son entrée sur le marché boursier l'été dernier. Dès son lancement, la société a été prise pour cible par l'Irlandais Shire. Après six mois de lutte, le groupe va enfin mettre la main sur la société américaine, pour 32 Mrds $ (voir p. 11). Il signe ainsi la première OPA géante de 2016. Mais toutes les transactions n'ont pas abouti. Teva a été éconduit par Mylan, qui a lui-même perdu la bataille pour le rachat de Perrigo. Des opérations qui se chiffraient respectivement à 40 Mrds $ et 27 Mrds $.

La transformation des portefeuilles a inévitablement impliqué des restructurations qui ont pesé sur l'emploi. Ainsi, Roche a lancé un plan social qui impactera 1 200 salariés dans le domaine de la production de petites molécules. Lundbeck a, de son côté, allégé de 1 000 postes ses effectifs dans les fonctions supports et commerciales. En France, les fonctions commerciales ont aussi été sévèrement touchées. Servier, qui était l'un des derniers groupes à maintenir son taux d'emploi dans la visite médicale, a annoncé 610 suppressions de postes dans ce secteur. Toujours sur le territoire français, Transgene a pris la décision, pour le moins radicale, de se délester de la moitié de ses effectifs, soit 120 postes. Au total, 24 plans sociaux sont actuellement en cours dans la pharma sur le territoire français. Pour rester compétitifs, les industriels français du médicament devront relever plusieurs défis : ne pas manquer le coche de l'innovation et conserver un outil de production et de recherche performant, tout en attirant les investissements.

 

 

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

Le droit à la substitution fête ses 20 ans

On n’a pas tous les jours vingt ans. Le 12 juin 1999 marque l’adoption du droit à la substitution. La possibilité pour les pharmaciens de remplacer un médicament princeps par son générique. Pour[…]

21/06/2019 | GénériquesEdito Hebdo
Pharma : un besoin de stratégie nationale

Pharma : un besoin de stratégie nationale

Une pharmacie toujours en mouvement

Une pharmacie toujours en mouvement

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

La fusion Pfizer/Allergan tombe à l'eau

Plus d'articles