Nous suivre Industrie Pharma

Abbott isole sa pharmacie de ses autres activités

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Abbott isole sa pharmacie de ses autres activités

Les activités d'Abbott, en % du CA des 9 premiers mois de 2011

© Source : Abbott

Le laboratoire américain s'engage dans une séparation nette de ses activités. Abbott prévoit de se scinder en deux entreprises distinctes avec d'un côté, sa pure pharmacie, et de l'autre, toutes ses autres activités pharmaceutiques, des génériques au diagnostic en passant par les équipements et dispositifs médicaux. Soit deux géants de tailles plus modestes mais qui pèsent respectivement 18 et 22 milliards de dollars.

Abbott inaugure peut-être une nouvelle ère stratégique. Et se démarque clairement de ses compétiteurs comme Pfizer et Merck qui ont racheté des concurrents directs pour mieux étayer leurs portefeuilles, ou de Sanofi qui ne cesse d'élargir chacun de ses pans d'activités pour mieux résister à la pression des génériques. Après 123 ans d'existence, Abbott vient de faire ce choix assez surprenant de scinder ses activités, séparant de fait sa pure pharmacie de l'ensemble de ses autres activités pharmaceutiques. « La partie pharma est devenue si imposante et si différente que ces deux investissements font sens de manière séparée et sont tous deux de masse et de taille suffisamment critiques pour asseoir leur durabilité en tant que sociétés indépendantes », a justifié Miles White, le p-dg du groupe. Ce choix stratégique intervient à peine un an après deux grandes acquisitions, celle de la pharmacie de Solvay (CPH n°498), et celle du génériqueur indien Piramal (CPH n°510). Techniquement, d'ici la fin de l'année 2012, Abbott se transformera donc en deux sociétés cotées et distinctes. La première, qui prendra un nouveau nom, rassemblera toutes les activités de R&D et de production des médicaments éthiques du laboratoire. Cette pure division pharmacie pèsera pour environ 18 milliards de dollars (environ 13 Mrds €), selon les projections 2011 du laboratoire, et sera dirigée par Richard Gonzalez, actuel vice-président exécutif de la division Pharmacie du groupe. Cette future entité aura des positions fortes en immunologie, en oncologie, dans les traitements de l'hépatite C et des maladies rénales chroniques, ainsi qu'en santé féminine ou dans les maladies neurologiques comme Parkinson ou Alzheimer. Abbott détient dans son pipeline plus d'une vingtaine de composés en développement clinique de phases II et III, dont certains avec un potentiel de ventes estimées à plus d'1 Mrd $. La pharmacie d'Abbott sera essentiellement positionnée sur les marchés matures. Actuellement, 57 % de ses ventes sont concentrées sur le marché américain et 16 % dans les cinq premiers marchés européens, contre seulement 15 % dans les autres pays développés et 12 % dans les marchés émergents.

La seconde société, qui gardera, elle, le nom d'Abbott, sera dirigée par Miles White et pèsera pour environ 22 Mrds $ de chiffre d'affaires en 2011. L'objectif est d'en faire une des plus grandes entreprises de produits médicaux. Elle sera dominée par les produits de nutrition, les médicaments génériques et les dispositifs médicaux, mais comprendra également les produits de diagnostic ou les équipements médicaux pour le traitement du diabète. Contrairement à la division purement pharmaceutique du groupe, elle se concentre sur les marchés émergents, qui représentent actuellement 39 % des ventes totales, et devraient compter pour 40 % et plus à l'avenir. Ce qui est en partie un héritage de Piramal qui a offert à Abbott une position de leader des génériques en Inde. En comparaison, le marché américain ne compte que pour 27 % des ventes du groupe, et les marchés développés hors États-Unis pour 34 % du total. Selon des modalités exactes qui restent encore à définir, la scission se fera par transfert d'actions. Les actionnaires actuels d'Abbott recevront ainsi, net d'impôt, des actions de la société pharmaceutique qu'ils seront libres de conserver ou non.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles