Nous suivre Industrie Pharma

91 médicaments au bénéfice-risque défavorable selon la revue Prescrire

H.B.

Sujets relatifs :

, ,

La revue Prescrire a publié comme tous les ans sa liste noire des médicaments qu'elle considère "plus dangereux qu'utiles". Le détail du "palmarès" de l'année 2016.

Comme tous les ans depuis maintenant cinq ans, la revue médicale indépendante Prescrire publie la liste des médicaments qu'elle considère comme « plus dangereux qu'utiles » et qu'elle conseille d'éviter au vu des risques sanitaires « disproportionnés » pour les patients. En 2017, le bilan porte sur les médicaments analysés dans la revue durant ces six dernières années, de 2010 à 2016. En tout, Prescrire estime que 91 médicaments, dont 82 commercialisés en France ont une balance bénéfices-risques défavorable « dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés en France ou dans l'Union européenne ». Globalement, le registre des médicaments critiqués est vaste : cancer, diabète, arthrose, ostéoporose, allergies, maladie d'Alzheimer ou même nausées et vomissements... Des médicaments vendus en automédication contre le rhume (-), comme la pseudoéphédrine ou la naphazoline sont particulièrement épinglés par la revue, car ils exposeraient les patients à un risque accru de troubles cardiovasculaires graves voire mortels pour les plus fragiles (AVC, hypertension, troubles cardiaques...). D'autres médicaments utilisés contre les maux de gorge et la toux, comme le Muxol ou le Bisolvon sont pointés du doigt, car susceptibles d'entraîner des réactions allergiques ou cutanées graves, voire fatales, alors qu'ils n'ont pas plus d'efficacité qu'un placebo. La dompéridone, molécule du Motilium prescrite contre les nausées et vomissements fait aussi partie de la liste noire, en raison de risques troubles cardiaques et de morts subites, des risques « disproportionnés par rapport aux symptômes traités et à leur faible efficacité », note Prescrire, épinglant également le Proletos (ranélate de strontium) contre l'ostéoporose. Prescrire a par ailleurs estimé qu'aucune innovation majeure n'a vue le jour, et a donc renoncé à décerner sa « pilule d'or » 2016 à un médicament aux progrès thérapeutiques majeurs. La revue a tout de même indiqué que six nouveautés médicamenteuses ont apporté un « progrès thérapeutique notable », notamment dans le domaine de la cancérologie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

La structure, dédiée à la formation continue des professionnels de santé publique, ouvrira ses portes en 2024. Agnès Buzyn, ancienne ministre de la santé, en sera la directrice exécutive. Le[…]

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

L'Anses et l'ANSM se rapprochent à Lyon

L'Anses et l'ANSM se rapprochent à Lyon

Plus d'articles