Nous suivre Industrie Pharma

550 postes menacés sur le site de BMS à Agen

A.F.

Sujets relatifs :

, ,

Le projet de l'ANSM visant à inscrire les médicaments à base de paracétamol au répertoire du générique suscite de plus en plus d'inquiétudes en France.

Si une telle mesure était appliquée, cela signifierait que les pharmaciens devraient systématiquement délivrer un médicament générique lors de la présentation d'une ordonnant mentionnant du paracétamol (sauf en cas d'inscription de la mention « non substituable »). Ce qui bouleverserait forcément les ventes mais aussi la production et la distribution des médicaments à base de paracétamol comme le Doliprane, l'Efferalgan ou encore le Dafalgan. Dans l'Hexagone, ces produits sont fabriqués par Sanofi dans ses usines de Lisieux (Calvados) et de Compiègne (Oise) et par Bristol-Myers Squibb, dans son site de production d'Agen (Lot-et-Garonne), qui recence 1 400 salariés.

Le 30 janvier, une réunion s'est tenue à ce sujet entre la direction et les syndicats de BMS France à Agen. La direction a notamment évoqué la possibilité d'une perte de 550 emplois si le projet abouti. Les suppressions concerneraient principalement les activités de production sur le site d'Agen, mais aussi les fonctions supports et les activités de distribution associées. « Ce projet aurait un tel impact sur la production, et donc sur l'emploi, qu'il y aurait une répercussion sur le coût de production de l'ensemble des produits et que cela mettrait en péril la pérennité du site », a confirmé Benoît Gallet, vice-président des affaires publiques et de la communication. Les syndicats s'inquiètent même d'une possible fermeture de l'usine, dans un avenir plus lointain. « L'inscription du paracétamol au répertoire des génériques pourrait entraîner une chute de production d'environ 100-120 millions de boîtes par an », a par ailleurs estimé Benoît Gallet. L'usine d'Agen produit actuellement 200 millions de boîtes d'Efferalgan et Dafalgan par an, soit 37 % de la consommation de paracétamol dans l'Hexagone. « L'Efferalgan et le Dafalgan représentent plus de la moitié des volumes de l'usine », a également précisé Bruno Bourthol, porte-parole de l'intersyndicale BMS UPSA. Avant d'ajouter : « Si cette mesure est mise en place, cela remettrait tout en cause car sur le site nous sommes sur de gros volumes à petits prix. Si nous baissons les volumes, nous devrons augmenter les prix ».

L'usine d'Agen fabrique aussi d'autres produits d'OTC comme l'aspirine UPSA, de la vitamine C UPSA, l'Upfen (ibuprofène), etc. Ses capacités de production totales se sont élevées à 350 millions d'unités en 2013. Créée en 1935 par les laboratoires UPSA, le site d'Agen a rejoint le périmètre de BMS en 1994. En dehors de cette usine de production, la filiale française du laboratoire américain opère également des sites de distribution localisés à Agen et à Fontenay-sous-Bois (Val-de-marne). Son siège social est, pour sa part, situé à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Elle emploie actuellement 2 600 salariés et son chiffre d'affaires 2012 s'est élevé à 1,1 milliard d'euros.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Proconseil : Libérez l'homme augmenté !

Les chroniques de Gilbert Lippmann - président de Proconseil L'émission Cash Investigation d'Elise Lucet : « Travail : ton univers impitoyable » nous a tous interpellés. Elle évoque notamment les[…]

01/12/2017 | Santé publiqueFILIÈRE
Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Injectables : Fresenius Kabi investit 100 M$ en Caroline du Nord

Coentreprise Hisun-Pfizer Pharmaceuticals : Pfizer cède ses parts à Sapphire

Coentreprise Hisun-Pfizer Pharmaceuticals : Pfizer cède ses parts à Sapphire

Pfizer s'oppose à l'utilisation de ses produits pour la peine capitale

Pfizer s'oppose à l'utilisation de ses produits pour la peine capitale

Plus d'articles