Nous suivre Industrie Pharma

4,3 millions d'euros de nouveaux fonds pour CellProthera

Christian Robischon

A quelques semaines d'intervalle, la start-up mulhousienne de régénération cardiaque CellProthera a décroché 4,3 millions d'euros de fonds, provenant d'une part du Fonds unique interministériel (1,8 M€), d'autre part de l'organisme alsacien Sodiv et de R2M, une nouvelle société privée d'investissement abondée par des industriels qui réalise là sa première opération. Ces levées portent à 6 M€ les montants collectés depuis le démarrage d'activité en 2009. Elles permettront la validation biologique en 2012 de l'équipement unique au monde mis au point comme alternative à la transplantation pour traiter l'infarctus du myocarde : un automate de production de greffon cellulaire par démultiplication de cellules souches adultes, prélevées par simple prise de sang sur le patient lui-même, en vue de leur réinjection dans la zone cardiaque lésée. Le partenaire technique, Bertin Technologies en Ile-de-France, a construit pour l'heure quatre automates installés chez les partenaires scientifiques : l'Institut de recherche en hématologie et transplantation (IRHT) de Mulhouse, les universités Pierre et Marie Curie (Paris) et de Toledo (États-Unis). Un cinquième, livré en juin, lancera la pré-série avant la mise sur marché visée fin 2014. Entre-temps, CellProthera aura démarré début 2013 l'étude clinique phase II/III pour vérifier sur 150 patients les conclusions positives de l'essai préliminaire sur sept sujets : « au bout de six ans, ils ont récupéré 50 à 75 % de leur fonction cardiaque et vivent normalement », annonce Philippe Hénon, président et directeur scientifique de CellProthera. L'étude clinique et le démarrage commercial requièrent une nouvelle levée de 12 M€.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition  »

Chloroquine/Covid-19 : « Je plaide pour son utilisation immédiate, très large, mais sous condition »

Créateur du Genopole d'Evry, qu'il a dirigé de 1998 à 2017, Pierre Tambourin nous livre ses réflexions sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine dans la traitement du Covid-19. La pandémie de[…]

27/03/2020 | Coronavirus
Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Les « pharma papers » dénoncent 14 millions de liens d'intérêts

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Patrick Hibon de Frohen : Nouveaux métiers ou mutations et évolutions des compétences ?

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Bioproduction : Les propositions du Leem pour renforcer la filière

Plus d'articles