Nous suivre Industrie Pharma

2013, une année de consolidation pour l'industrie pharmaceutique mondiale

Aurélie Dureuil

Sujets relatifs :

, ,

Peu de grandes opérations de fusions-acquisitions mais des réorganisations de portefeuille. Chimie Pharma Hebdo dresse un bilan de l'année passée dans l'industrie pharmaceutique mondiale.

Si aucun événement d'envergure ne semble avoir bouleversé le top 10 des laboratoires pharmaceutiques en 2013, les acteurs du secteur ont profité de l'année passée pour consolider leurs opérations antérieures et affûter leur stratégie sur un marché en profonde mutation. Alors que le modèle des blockbusters comme seul facteur de croissance est définitivement révolu, les laboratoires diversifient leur stratégie. « Sur les dix dernières années, l'image des grands groupes a changé. En 2001, ils affichaient un positionnement assez uniforme en étant présents sur les différents marchés : pharmacie de prescription, OTC, générique, diagnostic, dispositif médical. Dix ans plus tard, ces mêmes groupes sont toujours dans la pharmacie mais certains se sont développés dans les vaccins, d'autres dans la santé animale, etc. Nous voyons aujourd'hui des stratégies beaucoup plus diversifiées », constate Stéphane Sclison, directeur de la Stratégie d'IMS Health. Et ce changement de stratégies se traduit par la baisse de méga-fusions dans le secteur. « En 2013, nous avons recensé moins de grands mouvements types méga-fusions », acquiesce Anne-Christine Marie, associée PwC en charge du secteur pharmaceutique et sciences de la vie. Stéphane Sclison cite la base Pharmadeals d'IMS Health : « Nous y enregistrons tous les accords entre tous les acteurs du secteur. Nous sommes passés de près de 5 000 accords en 2012 à 1 600 en 2013. Cela témoigne que l'époque des méga-fusions est passée ». Cette baisse des grandes opérations, Stéphane Sclison (IMS Health) l'explique d'abord par les effets de la crise financière de 2008-2009 qui a créé « une certaine aversion aux risques mais aussi à une tendance de contrôle des coûts dans l'industrie et de baisses des prix dans les pays matures ». Un autre frein réside dans la valorisation des sociétés de biotechnologies. Comme en témoigne Marc de Garidel, p-dg d'Ipsen. Le groupe français qui cherche à se renforcer aux États-Unis se heurte à « un obstacle » lié à la « valorisation de beaucoup de sociétés américaines devenue extrêmement élevée », selon le dirigeant. Une tendance que confirme Stéphane Sclison d'IMS Health. « De façon globale, la valorisation est très forte. C'est sans doute un des facteurs de la baisse des opérations de fusion-acquisition. De plus, la réduction des entrées en Bourse combinée à une réduction du capital-risque disponible crée un environnement financier plus précaire pour former de nouveaux accords », analyse le directeur Stratégie d'IMS Health. Si les fusions-acquisitions de grande ampleur se font rares, l'année 2013 a néanmoins été marquée par des acquisitions plus ciblées. A l'exemple d'Ipsen qui s'est offert Syntaxin, laboratoire britannique spécialisé dans l'ingénierie des toxines botuliques. « Les entreprises sont en train de reconstruire leur pipeline et achètent de plus petites sociétés biopharmaceutiques. Pour avoir un meilleur équilibre de leur portefeuille, elles se sont également séparées de quelques activités », souligne Anne-Christine Marie (PwC). La création de Zoetis, ancienne division Santé animale de Pfizer, illustre par exemple ce rééquilibrage des portefeuilles (CPH n°596).

Ces stratégies témoignent de la volonté des grands acteurs du secteur de répondre aux changements du marché. « Le contexte mondial conduit les groupes à adopter des stratégies très différentes. Entre 2013 et 2017, nous estimons que le taux moyen d'évolution sera compris entre 1 et 4 % par an sur les marchés matures tandis qu'il sera de 10 à 13 % pour les pharmerging, c'est-à-dire les pays émergents les plus significatifs. Pour les laboratoires, il s'agit d'un gros dilemme. La croissance ne se trouve plus au même endroit. En 2017 l'équilibre mondial sera différent », prévoit Stéphane Sclison. Et la croissance dans les pays émergents ne se fera pas sur le même modèle que dans les pays matures. « Le poids des génériques sera plus important tandis que les gammes de produits innovants seront restreintes à certains marchés », estime le directeur Stratégie d'IMS Health. Et des acteurs de ces pays émergents devraient acquérir une envergure mondiale. Il cite notamment le génériqueur sud-africain Aspen qui « est déjà dans le top 10 des génériqueurs ». Chez PwC, Anne-Christine Marie constate également la montée des acteurs dans les pays émergents : « Ils ont une très bonne qualité de recherche et développement, des chercheurs, etc. ».

Les laboratoires pharmaceutiques réorganisent leur portefeuille de produits mais se réorientent également sur de nouveaux segments. « Ce ne sont plus seulement des acteurs de la pharmacie mais de la santé. Ils remettent le patient au centre et interagissent avec les autres parties de la chaîne de santé », indique Anne-Christine Marie de PwC. Elle ajoute : « le patient devient consommateur et applique des réflexes différents ce qui implique un mouvement pour s'adapter aux changements. De plus en plus d'industriels deviennent des intégrateurs en associant le digital à la thérapeutique pour améliorer la vie du patient ». Ainsi, si 2013 n'a pas été l'année des méga-fusions, elle a été l'occasion de la consolidation et du recentrage des grands groupes qui affutent leur stratégie pour répondre aux défis de changements qui s'annoncent

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Un gel fait passer la culture de neurones à la 3D

Une équipe du CNRS et de l'Inserm a développé un gel facilitant la culture cellulaire des neurones. Une découverte qui pourrait ouvrir de nouvelles voies de recherche, jusqu'à présent[…]

09/07/2018 | NeurologieCellules souches
La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

La start-up qui veut réparer l'oreille cassée

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Au coeur des sites d'Amgen en Nouvelle-Angleterre

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Comment un simple polymère aide à réparer le vivant

Plus d'articles