Nous suivre Industrie Pharma

2 000 à 4 000 enfants atteints de malformation à cause de la Dépakine

H.B.

Sujets relatifs :

, ,

L'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l'Assurance Maladie des Travailleurs salariés (CNAMTS) ont publié les résultats du deuxième volet du programme d'études pharmaco-épidémiologiques sur l'exposition à la Dépakine et à ses dérivés au valproate pendant la grossesse. En tout, le nombre d'enfants exposés in utero à ces traitements antiépileptiques au valproate et atteints d'au moins une malformation congénitale majeure a été estimé entre 2 150 et 4 100 depuis la commercialisation de ces médicaments en 1967. Ce 2e volet, qui croise les données d'exposition des femmes enceintes et les données relatives aux enfants nés et exposés, confirme « le caractère hautement tératogène du valproate », note l'ANSM. L'agence précise en outre que le risque de malformations congénitales majeures est plus élevé chez les enfants nés d'une femme traitée par valproate pour épilepsie que pour un trouble bipolaire, différence qui « résulte probablement d'un niveau d'exposition plus faible chez les femmes traitées pour un trouble bipolaire. » Une différence qui peut en outre s'expliquer par le fait que le risque de malformation est limité aux premiers mois de grossesse, et que l'observance du traitement est moins grande chez les femmes bipolaires par rapport aux femmes épileptiques. Parmi les 26 malformations congénitales majeures rapportées, on retrouve des anomalies du système nerveux central comme le spina bifida, des anomalies cardiovasculaires, oro-fasciales, rénales, du système digestif ou encore des organes génitaux externes. Les troubles neurodéveloppementaux, également susceptibles d'être majorés par une exposition du foetus au valproate in utero, « feront l'objet d'une étude exploratoire, attendue pour le second semestre 2017 », précise l'ANSM. Rappelons que plusieurs actions en justice ont été lancées en France depuis le début de l'affaire, notamment contre Sanofi (CPH n°785), qui commercialise quatre antiépileptiques contenant du valproate, dont la Dépakine.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Pharma

Nous vous recommandons

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Bioproduction : un panorama inédit pour identifier les points forts et les faiblesses en Europe

Le Council of european bioregions (CEBR), en partenariat avec EIT Health, vient de publier un panorama de la bioproduction en Europe. Les auteurs de ce panorama nous éclairent sur les objectifs et les enseignements à tirer de cette[…]

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Coup d’envoi des travaux pour la future académie de l’OMS à Lyon

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Avec 9 Mrds €, les investissements en France sont au beau fixe en 2020, chiffre le Leem

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Covid-19 : La HAS recommande finalement le vaccin d’AstraZeneca pour les plus de 65 ans

Plus d'articles